OSTEOPATHIE VILLERAY MONTREAL

L’ostéopathie au coeur de Montréal, Villeray.

11 août 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Quoi portez lors d’une premiere consultation d’osteopathie

 

 

ostéopathie-bourgoin

 

Lors de votre première séance d’ostéopathie, vous devriez porter une tenu plus légère.

 

 

 

En effet traditionnellement la consultation en ostéopathie se pratique en sous vêtements.

ob_4d3d38_ostheo-2

Cependant ce n’est pas une condition absolue pour le bon déroulement du traitement. Idéalement il faut des vêtements amples et fins.

voir une liste des différents vêtements.

dans le cas ou vous n’avez aucun vêtement adéquat alors le traitement pourra tout de même être mené à bien.

bill0423

quels sont les tarifs ?

témoignages vidéos ?

11 août 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

vêtements osteopathie

ostéopathie-bourgoin

Comme dit dans la page Quoi portez lors d’une premiere consultation d’osteopathie il est important de porter de bon vêtements si vous n’êtes pas à l’aise de vous mettre en sous vêtements.

Éviter les chemises et vêtement à composition complexe.

chilly_2

Il sera privilégié les Tshirt, voir même les débardeurs, top… tant que ce ne soit pas trop serré au corps.a4ef0a7e168067ff6650b319f40d3bff

En ce qui concerne le short, éviter principalement les jeans, puis tous les tissus épais, comme ceux fait en élasthanne (tissu de yoga élastique et épais) jogging épais également.

Toutefois certains vêtements de yoga ou de course correspondent, tant qu’ils sont fins.

 

 

7b5e54c362c64a4c16703c176a3fc430

Garder à l’esprit que même habillé en tenu de ville le traitement pourra être mené à bien.

 

 

 

pas envie de faire beaucoup d’étirements, voyez les 4 postures de yoga essentielles au mieux être.

14 juillet 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Irritable bowel syndrome (Syndrome de l’intestin irritable ou Syndrome du côlon irritable) |SIBO small intestine bacterial overgrowth (prolifération bactérienne intestinale)

The IBS/SIBO-Psoas Connection and Why It’s Important for Highly Sensitive People

Note to the reader – this is one motherload of an article. Grab some coffee and a low-fodmap cookie and let’s dive in.In my personal experience with SIBO (small intestine bacterial overgrowth), back and hip injury, and with my experience working with highly sensitive people (HSP) with similar issues, a pattern has emerged that feels much too important not to talk about. So far, I haven’t really seen anyone having this conversation (not to say that it isn’t happening, I just haven’t come across it yet) so here I go, in hopes of starting one.

My lens as both an Ayurvedic health counselor and an energy medicine practitioner is one of seeing the body holistically, of noticing how different parts of the physical body interact, how different parts of the subtle body interact, and how the physical and subtle bodies interact. When working with digestive issues like IBS and SIBO, taking a big picture look at how the systems of the body interact is important. Through my lens as a highly sensitive person I have come to see the nervous system and subtle body as the center of the highly sensitive world – the central point which governs everything and through which all issues or discomforts must be addressed.

Other HSP researchers, including Elaine Aron and Ane Axford, have noticed common physical issues that HSP’s, as a group, tend to share. These include things like connective tissue disorders, scoliosis and other spinal issues, pelvic issues (bowel, bladder, menstrual, low back), digestive issues (IBS, SIBO, food sensitivities, leaky gut), and gut flora imbalances. Because the nervous system is the main focus with high sensitivity, we must start here when seeing how these issues may be linked for the HSP. The nervous system is incredibly complex and literally connects everything in the body together through a system of communication. It is also through the nervous system that us HSP’s take in sensory information and process it. Deeply.  This very strong microphone of a nervous system, which connects to everything in the body, must be considered a central anchor in regards to physical and subtle issues in the HSP body.

If we think of the nervous system as the network of information that connects the body together, similar to our global information system, then we can start to see how the infrastructure through which the nervous system operates is important for the function of the whole system. Having a blocked infrastructure can cause problems with communication. Conversely, too much communication in the system (additional stress in the nervous system, for example) can short-circuit the infrastructure (kind of like running too much power through an energy circuit – you can flip a breaker). Consider using this metaphor as we look at the ways in which our muscle, connective tissue and digestive distresses are linked and how this can be a bigger problem for HSP’s.

In my Sensitive Self Intelligence course (soon being renamed as Flight School), we cover a lot of these connections. Here, I’ll mostly just be talking about the connections between IBS/SIBO and the Psoas.

Getting to Know the Psoas

psoas

The Illiopsoas Complex

Two muscles, the psoas major and the illacus, together make up what is known as the illiopsoas complex or simply, the psoas. This muscle group is one of the most important in the entire body, and especially so for the HSP body. Because of its location, it is one of the major muscles that allows us to stand upright, connecting our spine to our legs from the front. The psoas begins at the long head of the femur (thigh) bone and wraps up over the front of the pelvis. The illiacus then attaches to the inside of the pelvis, while the psoas major draws back and connects to the sides of our lumbar vertebrae. Functionally, this is the muscle that pulls our knees towards our chest. It is also one of the main core muscles involved in body’s “fight, flight or fetal” response. (*Note – this response is called the “Red Light Reflex” in the study of Somatics. I highly recommend reading Somatics by Tommas Hannah for more information).

Our body has a physical response to stress that prepares the body to fight, flee or go fetal – curl into the fetal position. The psoas is the muscle responsible for all three – readying our body in a fighting stance, driving our body forward in a run, or curling us into a tight ball.

Additionally, large nerve bundles (transmission lines) that supply the digestive system with nerve impulses (communication/information) must pass through the psoas muscle, giving it an even more important job – messenger muscle, or, referring to our metaphor – an environment through which our transmission lines run. Liz Koch, an expert in pelvic wellness, says:

Although the psoas has been thought to serve the spine as a guide wire creating stabilization, its main job is to message subtle changes in weight, location, and safety. The psoas bridges the belly enteric brain, central, and autonomic nervous systems. The large nerve ganglion located within the belly core going to the digestive and reproductive organs passes over, embeds into, and through the psoas. Serving as messenger of the core our psoas translates and transmits all expressions of safety, harmony, and integrity; signaling whether or not we are centered and congruent or encumbered and vulnerable.

When the psoas muscle is constantly charged with feelings of fear, or it’s holding a past trauma, it may become chronically short, tight and dry. It can also react this way when there is dysfunction in the pelvis – the psoas will react to take up any slack in pelvic stability. So if the pelvis is weak from inactivity, singular repetitive movements or trauma, the psoas will step in and do the job of stabilization, while continuing its more primitive and important work as messenger.

Many HSP’s suffer from low back pain, scoliosis and other spinal problems. While there is no major research on the link between HSP back pain and the psoas, I see more HSP clients with psoas issues than any other sub group of yoga students.

Stress affects the psoas, shortening it and pulling the body forward. The psoas provides the basket in which the digestive organs sit.vIf you think of the psoas as the bowl in which our softest most primal organs sit, you can see that it forms a sort of foundational layer within our body. This foundation, related in energy medicine to our first, second and third chakras, are often the areas that HSP’s struggle with most – issues with survival and money, trouble in identifying like-minded tribe or family, in relating with others and in self empowerment. Physically, a tight psoas can affect how well we digest food, the comfort of our menstrual cycle and how well we eliminate and remove waste from the body. When looking at issues in the gut, including IBS/SIBO, I think the psoas may be a big contributor.

A bit about Connective Tissue

HSP’s tend to have more connective tissue disorders, or problems with the fascia, than hardy people. Fascia is a type of connective tissue that acts like a spiderweb or network in the body. Fascia surrounds all of our organs and covers all of our muscles, effectively connecting our innards together in a web-like sheath, kind of like plastic wrap. But different from plastic wrap is the way that fascia acts like a network of information, relaying nerve impulses and reacting to stress and tension in the body. When flexible, our fascia is healthy and unrestricted. When unhealthy, the fascia becomes restricted and sticky.

Mainstream medicine still considers fascia a relative mystery, and largely ignores it in treatments for physical pain. What is known, but not really understood, is that within the body, fascia has a slippery quality, holding the organs but allowing them to glide over one another – allowing what visceral manipulation practitioners call “mobility” of organs. When fascia is unhealthy, largely due to inflammation or injury, it becomes sticky and can form adhesions – areas of drier tissue, causing tension that you can imagine by stretching plastic wrap tight around an object, then pinching it on one side – it stretches and gets tighter in some areas to account for the pinch.

Many sources cause the inflammation that leads to adhesions, the most obvious being direct injury or trauma. Other factors include infection, repetitive movement, poor diet, toxins, poor posture and emotional stress. Because fascia provides the atmosphere through which nerve interactions happen, it responds to stress and tension. Additionally, during an injury, it’s common for fascia to constrict around the injury in order to provide structured protection, tightening the whole fascial system and potentially causing pain and discomfort in an area of the body not associated with the injury.

For HSP’s with digestive and/or other pelvic imbalances, considering inflammation or stress-induced adhesions may be an important factor for treatment and relief. As we’ll see as we look at IBS and SIBO specifically, the small intestine is really long and loops its way through the abdomen, connected to our insides through several connection points. There are many opportunities for small adhesions to bind up the small intestine and inhibit motility and mobility. For example, the right sacro-illiac joint is the attachment point for the end of the small intestine. When the sacrum is out of place, the end of the small intestine can’t empty properly into the colon – and this works both ways. Disruptions in the psoas can cause inflammation, leading to small internal adhesions anywhere in the gut, and likely in some of the meters of small intestine. This sticky connective tissue can pull on the side of the sacro-illiac joint, internally causing rotation.

The Digestive System-Nervous System Connection

Remember that we are using the nervous system as an anchor or lens through which to link the psoas and digestive disturbances. I believe that a huge part of the reason HSP’s experience increased digestive discomfort (like IBS) is because of how the nervous system and gut communicate and because of the environment through which the transmission wires reach the digestive system. As stated earlier, the nervous system rules the roost; it plays a huge role in several digestive system processes. Some of the control the nervous system has over digestion comes from links between the digestive system and the central nervous system (CNS), however, the digestive system also has its own, local nervous system. This is called the enteric or intrinsic nervous system. We are only beginning to understand the complexity and magnitude of this immense nervous system – but we do know that it contains as many neurons as the spinal chord.

The enteric nervous system is part of the autonomic nervous system, along with the sympathetic and parasympathetic nervous systems. The enteric nervous system has two main networks of neurons (transmissions) embedded into the wall of the digestive tract from esophagus to anus. These exert control over the motility of the digestive tract (how well each organ moves of its own accord – primarily the act of pushing food and digestive juices through it) and in sensing the system environment in order to regulate blood flow and control cell function.

Within these plexuses are several types of neurons (communication centers) which receive sensory information from the mucosa and the muscle and respond both to the internal, chemical stimuli like digestive fluids and muscular stimuli like stress and tension. Other neurons respond to the motility and secretion of the digestive organs, and others integrate this information.

The enteric nervous system functions autonomously (without us thinking about it), but requires communication between this system and the CNS through sympathetic and parasympathetic fibers connecting the two (transmission wires). Through these links, the two systems can speak to each other. For example, when we see appealing food (sight is a sensory information coming in through the CNS), it signals the stomach to start secretions. Generally, sympathetic stimulation (usually a stress response, indicating activity) inhibits gastrointestinal secretions and causes the digestive tract to constrict or close down. Parasympathetic stimuli (our “rest and digest” system) stimulates digestive activities.

Stress and Digestion 

What this tells us is that when we are chronically stressed, we don’t digest food as well. Additionally, because us HSP’s continuously take in sensory information, when we eat, we aren’t just digesting the food – we are digesting the entire atmosphere of the room, including conversation, emotions and the look and feel of our location. Eating in a stress-free environment is SO important for proper digestion and absorption of food, especially for HSP’s. The first and easiest thing can do to reduce gut disturbances is to learn how to manage stress and eat undistracted in a calm atmosphere.

When we experience chronic stress to the point that our fight, flight or fetal response is triggered, even at a low level, for long periods of time, the psoas muscle become short, dry and tight. Remember that the psoas is like the basket for our digestive organs and provides the atmosphere or environment through which our nerve transmissions run from our CNS to our enteric nervous system. If our psoas is short and tight, it signals to the CNS that we are somehow not safe, secure or calm. This information will be relayed to the enteric nervous system and be present as we eat. If we are continuously stressed or otherwise not managing our gift of high sensitivity well, our gut may be consistently receiving messages to shut the system down (so that we can run or fight or fetal).

The IBS/SIBO Connection

IBS was once thought to be a diagnosis for gut disturbances that didn’t have any other cause. When flexible fiberoptic cameras became the rage in the endoscopy world, the whole practice shifted to focus on diseases that you could see with the naked eye. Patients whose problems couldn’t be identified via scope were often thought of as difficult because answers took effort and solutions were less lucrative; they were often diagnosed with IBS. Due to new research primarily being conducted by Dr. Mark Pimentel at the Cedars-Sinai Medical Center, we are now developing a new understanding of the causes of IBS.

Even though I just got done talking about digestion and stress, I want to clarify that I don’t believe that stress is the cause of IBS – in fact, it’s been proven not to be. However, especially for HSP’s, management of both the psoas muscle and stress-induced inflammation in connective tissue are a piece of the puzzle that remain important for healing and management, especially for those IBS sufferers who also deal with low back/hip/pelvis issues.

IBS is now thought to primarily be caused by bacterial overgrowth. The theory goes something like this: At some point, an otherwise healthy person gets food poisoning. Due to factors that are not yet understood (possibly genetics), the body does a poor job of completely eradicating the offending bacteria. This bacteria sticks around and its first order of business is to disrupt the cycle the regular cleansing waves of the digestive system. The digestive system must cleanse itself through peristalsis in order to move food through the system and repair. After these waves are disrupted (resulting in either too many or not enough), not only does food back up in the system but also the bacteria, colonizing in areas where few bacteria should live – namely, the small intestine (bacteria should primarily be found in the large intestine). Once bacteria have moved into the small intestine, they act as little thieves, stealing nutrients meant for the host and feeding on highly fermentable foods. Their by-product is methane. This whole process results in either too much or too little movement in the gut (diarrhea or constipation, or a combination of both) and severe bloating.

When people are diagnosed with SIBO, attention is usually put on the overgrowth of bacteria. While this is a problem, it’s not the main problem – the main problem is that the motility of the digestive organs is out of whack. The bacteria have messed with the nervous system impulses needed to keep the system moving. Yes, we must get rid of the bacteria, but only as a starting point. The real issue is in restoring motility so that the the whole problem doesn’t happen again.

In step one of SIBO treatment, an antibacterial drug or herbs are given. This is often the focus of treatment, but again, I want to reiterate that this is really just the starting point – this is how we wipe the slate clean in order to restore the system. Once the bacteria are gone, we can move into the important process of restoring proper digestion. This is where things like digestive enzymes, which work internally to restore proper digestive juices, come into play. One may also be prescribed an internal motility agent like small doses of erythromycin. This is also the phase of healing where management of stress as it pertains to the psoas and connective tissue comes into play.

Addressing Additional Causes of Poor Motility

While bacteria may have been the leading cause of poor motility within the system, there may be other factors. As HSP’s, there is a good chance that small adhesions within the fascia and/or a tight, dry psoas could be contributing to poor digestion and/or lack of motility. The primary ways I have found to address these is through regular (for me, this means monthly) trips to a good visceral manipulation therapist and through practicing constructive rest pose.

You can find a certified visceral manipulation therapist through the Barral Institute website. If you are in the Seattle area, I recommend Michael Hahn – he books out a month in advance but is well worth it.

Constructive Rest Pose 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Constructive Rest Pose

This position, coined by somatic educator Lulu Sweigard, is a position that uses gravity to release muscle tension in the psoas in order to support a neutral spine. Remember, tension in the psoas can build up over time and is often caused not just through physical activities, but through stress and feelings of tension, or lack of safety and security. Because of this, we are likely releasing tension that has been stored for a very long time.

CRP is done laying down with knees bent and feet on the floor. Place your hands just inside of your front hip bones to draw attention to the layers of muscle and tissue within the pelvis. If this is uncomfortable, place arms along your sides. If this position causes back pain, you may put your feet up on a chair or block, creating a 90 degree angle with your knees (not pictured). You may also put a small towel (no more than 1 ½ inches high) under the head.

Separate feet hip-width apart. Make sure your head is neutral and does not tip forward or back. Allow your eyes to gently close or remain soft but open. Rest for 10-20 minutes. As you rest, allow yourself to notice the sensations within the deeper layers of your tissue. Because the psoas will release excess primal energy, there is the potential for sensations of vulnerability, emotional pain or memory to flow through the body. Stay centered and allow for this release to happen. Notice what they are but do not become absorbed by them. Balance internal sensations by noticing sensations in your outer world, like air currents, warmth, comfort, sounds, smells, etc. Through moving between the inner releasing world and outer present-time world, you’ll create a balance of stimuli in the body.

If at any time your body spontaneously moves, flinches or changes positions, do not change it or tidy it up. Allow the muscles to guide their own release. You can do this pose any time. The best times are in the morning and before dinner, as it can help you release tension in the digestive system and energize you.

Conclusion

Congratulations, you made it all the way through is thesis of a blog post. Whew! You better stand up and stretch your psoas and thank your body for getting you through it! But in all seriousness, the connections that I have laid out here just scratch the surface of connections that can be made between the nervous system and high sensitivity, IBO/SIBO, the psoas and connective tissue and stress. There is so much information to learn and to put together. My hope with this article is that I have made connections for at least one person who might be struggling to find that missing, elusive piece to their recovery. I know that understanding this piece has been critical in my road to recovery and in my continued healing.

from : sensitivityuncensored.com

 

11 juillet 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Tendinites : comment s’en sortir ?

Tendinites, enthésites, tendinoses, myo-tendinites, tendinopathies calcifiantes, …

Ceux qui connaissent déjà ces troubles aux noms barbares peuvent témoigner à quel point ces pathologies peuvent être douloureuses et invalidantes.

Ces pathologies, regroupées sous le nom de tendinopathies, peuvent parfois impliquer un arrêt de travail ou d’activité sportive, ce q eui est tout aussi difficile à vivre pour un sportif de haut niveau que pour un travailleur indépendant.

Le mécanisme :

Les tendinopathies sont dues à un surmenage micro-traumatique et à un défaut de vascularisation du tendon.

En des termes plus simples, votre tendon bouge trop ou mal, il est surmené et n’a pas suffisamment de sang « frais » pour se réparer.

Le résultat est l’inflammation et la dégradation du tendon, donc la douleur.

Qui est concerné ?

Les personnes les plus touchées sont généralement les sportifs (contraintes gestuelles répétitives, erreurs d’entrainement et d’alimentation) et dans le monde du travail dans les métiers à gestes stéréotypés (travail à la chaîne…).

Les premiers signes :

Vous pouvez suspecter une tendinite dès que la douleur apparaît lorsqu’on commence à solliciter le tendon, même si elle disparaît lorsqu’on bouge.

A ce stade, mieux vaut prévenir que guérir, les conseils dans cet article sont fait pour vous guider dans ce sens.

Aussi, je recommande d’aller voir un professionnel ostéopathe, physio ou médecin, afin qu’ils fassent des tests cliniques pour confirmer le diagnostic.

Les facteurs principaux de la tendinite :

  • Mécanique : le tendon bouge trop ou mal. Il y a souvent plusieurs causes mécaniques : une mauvaise position à l’effort, un matériel défectueux (chaussures), l’entraînement sous la pluie, dans le froid. Aussi différents blocages articulaires et des déséquilibres dans la posture font que le tendon se trouve trop contraint.

  • Vasculaire : le sang « frais » ne parviens pas à réparer le tendon.

    Avec l’activité physique, l’alimentation, l’oxydation organique le corps produit sans cesse des déchets qui circulent via le flux sanguin.

    Si le drainage est insuffisant, des micro-vaisseaux se créent autour de vos tendons dans le but de compenser et d’essayer de le réparer, c’est la cause la plus fréquente des « boules » ou gonflements douloureux qu’on peut parfois constater autour du tendon malade.

  • Un terrain favorable à l’inflammation :

    La génétique peut être un facteur, nous ne sommes pas tous égaux face aux tendinites. Aussi votre état de santé général et de fatigue pèsent sur la balance.

    Mais ce n’est pas définitif, vous pouvez modifier l’expression de vos gènes et réduire, voire supprimer vos chances de faire des tendinites.

    Comment ? En jouant sur vos habitudes de vie, telles que l’hydratation, la nutrition, le sommeil, etc … des solutions existent.

En parlant de solutions, en voici une liste non exhaustive :

La triade : Hydratation – Repos – Reprise progressive

C’est pour améliorer le drainage de tous les tissus et dissoudre les toxines qu’il est conseillé de bien s’hydrater pendant et entre les efforts, surtout si vous sentez les premiers signes apparaître.

La quantité conseillée est entre 1,5 et 2L par jour, parfois plus à cause de la transpiration.

Laissez votre corps se réparer : si vous le pouvez arrêtez l’activité physique, reposez votre tendon et retrouvez un sommeil réparateur.

Ensuite une reprise est possible, il n’y a pas de temps fixe pour la reprise, soyez à l’écoute de vos sensations, du feedback du corps qui vous renvoie des signaux d’alertes.

Reprenez progressivement pour éviter la rechute, réhabituez votre tendon aux contraintes de l’effort.

Si votre calendrier sportif ne vous permet pas d’arrêter votre activité, je vous conseille alors d’adapter votre entraînement en discutant avec l’équipe de soin qui vous suit (médecin, physio, ostéopathe, préparateur physique, coach sportif, …).

Aussi, les conseils qui vont suivre sont susceptibles de vous aider.

Parenthèse sur les Anti-inflammatoires Non Stéroïdiens

Les médicaments anti-inflammatoires agissent sur l’effet (inflammation) et non pas sur la cause (vasculaire, mécanique, …), le risque de récidive est toujours présent. Parfois lorsque que la douleur est insoutenable, ou pour « casser » le cycle inflammatoire qui est trop chronique, ce traitement peut-être pris sous avis

et prescription médicale.

Ostéopathie

L’ostéopathie est nécessaire dans la prise en charge multidisciplinaire du traitement des tendinopathies.

En effet, l’ostéopathe a pour but de trouver les causes et non pas seulement de traiter la symptomatologie douloureuse.

Pour cela, un interrogatoire précis de 10-15 min est établi pour comprendre pourquoi aujourd’hui cette douleur est présente. Après avoir pensé à un diagnostique différentiel et éliminé la cause du matériel, de l’alimentation, de l’entrainement etc.., nous faisons un bilan ostéopathique.

L’ostéopathe sera à la recherche de restrictions de mobilités, créant une sur-sollicitation de zones compensatoires et/ou empêchant le bon drainage de votre tendon.

Pour plusieurs raisons, le corps ne compense plus et laisse apparaître la douleur. C’est pour cela qu’en général le traitement ne concerne pas « directement » la zone « qui fait mal ».

Je conseille au sportif de haut niveau de voir un ostéopathe en prévention (n’attendez pas d’avoir une douleur) au moins 3 fois dans la saison (au début, milieu, fin), et plus régulièrement s’il présente des antécédents (ou une douleur), ou suite à une chute qui peut être le point de départ d’une tendinopathie récalcitrante.

Cryothérapie / Appliquer du froid

La cryothérapie ou thérapie par le froid à plusieurs avantages :

  • Diminuer la pression dans le réseau vasculaire péri-tendineux (les fameuses « boules ») ;

  • Diminuer la sensibilité du tendon, donc la douleur ;

  • Drainer les toxines et débris tissulaires provoqués par un effort physique ou par une thérapie par ondes de choc ou massages en physiothérapie.

A la maison, vous pouvez appliquer un sac de glace souple (ou sachet de petit poids surgelés) autour de votre tendon pendant 10 minutes, faire une pause de 10min et recommencer pendant encore 10 minutes.

Je déconseille de glacer plus de 15 minutes, ça traumatise les tissus et provoque l’effet inverse.

Physiothérapie

La physiothérapie va traiter les effets vasculaires (inflammation et le gonflement) et mécaniques au niveau local.

Votre physiothérapeute à un certain nombres d’outils qu’il pourra adapter pour son soin : ionisation, salicylée, ultrasons, laser et vous faire une rééducation à la fois mécanique et posturale.

Le travail musculaire en contraction excentrique (contraction en amortissant contre résistance) a fait ses preuves. Il est particulièrement efficace quand associé à la cryothérapie et à l’ostéopathie.

Le travail anti-inflammatoire local et celui de renforcement musculaire sont complémentaires à l’ostéopathie.

Taping Neuromusculaire

Le taping est un type de bandage qui agit sur le tissu musculaire, les tendons et sur les systèmes circulatoires, nerveux et lymphatiques.

Ces bandages luttent contre l’oedème, ils massent et drainent le tendon et les muscles à chaque fois que vous bougez et contractez vos muscles.

Ce même phénomène est également perçu par les capteurs de vos articulations et tendons, qui vont équilibrer d’eux même les sur-sollicitations.

Ils diminuent la douleur : les bandes collées agissent comme le font spontanément nos mains en massant superficiellement une zone douloureuse.

Les ostéopathes de la clinique Olys utilisent en complément de leur traitement la pose de Taping neuromusculaire.

Prenez soin de votre hygiène buccale

Il n’y a pas encore d’études scientifiques qui l’ont démontré. En revanche, les experts sont unanimes pour dire qu’une mauvaise hygiène dentaire (caries ou autres) est une porte d’entrée d’infections pour l’organisme. Ces infections peuvent aller se loger dans les fibres lésées des tendons et augmenter son inflammation.

Aussi, plusieurs études ont confirmé l’effet neuromusculaire de la mâchoire (Articulation Temporo Mandibulaire) sur votre posture, et donc sur les déséquilibres au sein de vos articulations, ce qui favorise les sur-sollicitations de vos tendons.

Nutrition et foie

Pour terminer, l’alimentation a aussi sa part de responsabilités dans les tendinites.

Votre corps produit beaucoup de déchets déjà suffisamment acides pour votre organisme, évitez donc de manger trop d’aliments qui acidifient l’organisme : les sucres (sucreries, pains, pâtes,…), la viande rouge, les produits laitiers de la vache, l’alcool, le café, le thé noir, …

Favorisez donc des aliments qui sont alcalins / anti-acides, tels que le citron (malgré son goût acide), les légumes verts et colorés, les bananes, etc…

Une liste plus complète sur ce lien : http://mon-naturopathe.com/blog/alimentation/les-aliments-acides

Aussi, favorisez les acides gras Omégas 3, ou « bonnes graisses », qui sont anti-inflammatoires.

C’est à dire les poissons gras (thon, maquereau, sardines, saumon..) et les huiles de lin, colza et de noix (qui ne doivent pas être cuites). En plus, les acides gras « assouplissent » les tendons.

Si je vous parle du foie, c’est parce qu’il est souvent impliqué dans les tendinites.

Un de ses rôles majeurs est de purifier le sang et l’organisme de tout ses déchets.

Notre alimentation trop riche en sucres, l’effort physique et ses déchets, les pesticides, etc. sont tout autant de raisons pour le foie d’être sur-exploité.

Alors il se retrouve surchargé et ne peut accomplir pleinement sa tache de purificateur, ainsi les toxines restent dans les tissus du corps, notamment dans les tendons.

Pour cette même raison, je vous conseille d’éviter le Paracétamol pour la douleur, il a justement un effet toxique sur le foie et lui rajoute une charge de toxines supplémentaire à éliminer.

Votre ostéopathe pourra améliorer la mobilité, le drainage et la fonction du foie par des techniques viscérales.

Enfin, pour améliorer le drainage de votre foie et alcaliniser votre organisme, prenez ½ citron dans un verre d’eau à température ambiante, le matin à jeun, pendant 20 jours (pas plus).

Méthodes naturelles complémentaires :

D’autres méthodes naturelles existent : homéopathie, naturopathie… trouvez avec vos thérapeutes celle qui vous convient.

J’ai eu de bons retours de patients ayant testé, en complément de l’ostéopathie, l’argile verte en cataplasme avec de l’huile essentielle de gaulthérie, pendant 1 à 2h.

Pour plus de conseils ou d’éclaircissements, l’équipe d’Olys se tient à votre disposition,

Arnaud Minguez

Ostéopathe DO

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tendinite

http://la-tendinite.fr/douleur-tendinite.html

Reinking, « Tendinopathy in athletes » Physical Therapy in Sport, 2012

http://www.infotendinite.fr/#Lrsquoalimentation

http://www.infotendinite.fr/#Comment_soigner_une_tendinite

http://lafabriqueverticale.com/fr/caries-et-tendinites-legende-urbaine-ou-realite/

http://cafe-de-l-osteopathie.fr/la-tendinite-nexiste-pas/

http://entrainement-sportif.fr/tendinite.htm

http://www.u-trail.com/k-taping/

http://www.nutri-site.com/dossier-entrainement–tendinite-sportif–2–94.html

http://mon-naturopathe.com/blog/alimentation/les-aliments-acides

http://magazine.idph-europe.com/sante_naturelle/soigner-la-tendinite.htm

http://mon-naturopathe.com/blog/alimentation/soins-naturels-des-tendinites

Toxicité du Paracétamol :

http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Risque-d-hepatotoxicite-inherent-au-paracetamol-et-en-particulier-aux-solutions-pour-perfusion-PERFALGAN-R-paracetamol

Autres soins naturels :

http://magazine.idph-europe.com/sante_naturelle/soigner-la-tendinite.htm

http://mon-naturopathe.com/blog/alimentation/soins-naturels-des-tendiniteshttp://la-tendinite.fr/cryotherapie-tendinite.html

http://www.sos-detresse.org/conseils-pratiques/argile.htm#argile-par-voie-externe

Raymond Dextreit, L’argile qui guérit – Mémento de médecine naturelle-

Dr. Jörg Grünwald et Christof Jänicke, Guide de la Phytothérapie

15 juin 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Les caries n’auraient pas toutes besoin d’être réparées

Les caries dentaires n’ont pas toutes besoin d’être réparées en utilisant les méthodes traditionnelles, prévient une étude australienne.

Les chercheurs ont découvert qu’il est même possible d’arrêter, de renverser et de prévenir la carie.

L’auteur principal de l’étude, le docteur Wendell Evans de l’Université de Sydney, a expliqué que la carie n’est pas un problème progressif aussi rapide qu’on le croyait. Bien au contraire, a-t-il dit, il faut en moyenne de quatre à huit ans avant qu’une carie ne progresse de la couche extérieure de la dent (l’émail) jusqu’à la couche interne (la dentine).

Un protocole mis au point par le docteur Evans et son équipe, le CMS (pour Caries Management System), prévoit l’application d’une laque à forte concentration de fluorure sur la carie, une attention particulière au brossage à la maison et des restrictions à la consommation d’aliments sucrés entre les repas.

Le CMS a été mis à l’essai pendant sept ans en différents endroits, sous la supervision d’une agence fédérale australienne. Le risque de carie aurait été abaissé de manière considérable et le recours aux obturations dentaires réduit de 30 à 50 %.

Le docteur Evans estime que l’étude démontre qu’une approche préventive comporte des avantages marqués comparativement aux pratiques courantes.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Community Dentistry and Oral Epidemiology.

Source: lapress.ca

7 avril 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
2 commentaires

Comment décalcifier la glande pinéale (ou épiphyse)

Glande-pinéale-oeil-égyptien

Premièrement les informations qui suivent ne sont pas toutes prouvées scientifiquement,l’application de ces conseils et/pratique sont à votre responsabilité, aussi pour toutes questions sur votre santé (et notamment celle de votre glande pinéale) consultez l’avis du médecin en priorité.

La glande pinéale ou épiphyse (ou troisième œil) est une petite glande endocrine de l’épithalamus du cerveau des vertébrés. À partir de la sérotonine, elle sécrète la mélatonine et joue donc, par l’intermédiaire de cette hormone, un rôle central dans la régulation des rythmes biologiques

Son importance populaire vient sans doute de la plus célèbre des théories métaphysiques est sans doute celle du philosophe français René Descartes qui désigna la glande pinéale comme le « siège » de l’âme…

Voici donc les hypothèses les plus discuter autour de la libération ou détoxification de la glande pinéale.

 

Le premier objectif de la décalcification de votre glande pinéale est de vous permettre de commencer le processus de son activation et de l’éveil de votre troisième œil.

La décalcification de la glande pinéale se fait en deux temps. Le premier sert à interrompre toute calcification ultérieure de votre glande pinéale, causée par certains modes de vie ou facteurs environnementaux, par ex. le fluor, etc. La seconde étape consiste à réduire et éliminer la calcification existante et à poursuivre le développement de votre glande pinéale.

Nous passerons en revue ci-dessous les moyens d’atteindre ces deux objectifs.

 

Étape 1 — Arrêter toute calcification de votre glande pinéale

La clé pour ce faire est de commencer par identifier la cause de la calcification, puis d’en tarir les sources. La calcification est généralement causée par notre régime alimentaire (nourriture et

boissons) et notre mode de vie.

Voici une liste des principales causes de calcification :

Les halogénures :

Les halogénures sont des substances chimiques du type fluor, chlore et bromure. Tous semblent produire les mêmes effets sur la glande pinéale, il est donc important de les éliminer de votre régime.

Le fluor est le plus courant et le plus répandu dans nos régimes. Il est plus attiré magnétiquement par la glande pinéale que par n’importe quelle autre partie du corps. Il se forme des cristaux de phosphate de calcium qui s’y accumulent. Il y a du fluor dans la pâte dentifrice et l’eau du robinet. C’est un puissant poison et il faut à tout prix l’éviter, car il fait se calcifier le tissu pinéal et empêche la glande de fonctionner. Passez à un dentifrice sans fluor et buvez de l’eau de source ou de l’eau filtrée (voir la section « Eau du robinet », ci-dessous).

Le calcium :

Les compléments alimentaires au calcium — c’est là une des principales causes de calcification. Comme ils ne sont pas vraiment efficaces, si vous en prenez le mieux est donc d’arrêter immédiatement.

 

Le calcium dans la nourriture — Pratiquement tous les produits alimentaires transformés contiennent une forme quelconque de calcium.

Qui peut être du phosphate de calcium, du carbonate de calcium, ou du phosphate dicalcique. De nombreux compléments alimentaires les utilisent aussi comme remplissage.

L’eau du robinet :

Elle contient de nombreuses substances fixant le calcium (dont les fluors mentionnés plus haut). Le choix le plus sûr et le meilleur pour la santé est l’eau de source : l’eau distillée peut en effet se révéler dangereuse à long terme. L’eau distillée reste néanmoins bien préférable à l’eau du robinet.

Voici un site qui peut vous indiquer la source naturelle la plus proche de vous :http://www.findaspring.com Rappelez-vous, l’eau de source est gratuite et il faut en prendre soin.

Vous pouvez également utiliser des filtres pour eau. Pour plus d’informations :

http://thehealingfrequency.com/nucle…rity-minerals/

Le mercure :

Comme c’est un poison, il est très mauvais pour la glande pinéale.

Il faut l’éviter à tout prix. Les amalgames dentaires au mercure sont des toxines pour la glande pinéale et devraient être enlevés.

Tous les vaccins médicaux contiennent également du mercure, par ex.

le thiomersal — ou thimérosal — (un conservateur du vaccin à base

d’éthylmercure) est très difficile à éliminer du cerveau une fois qu’il y est. Evitez de consommer du poisson et des espèces de fonds marins telles que les crevettes. La chair du thon et celle du dauphin sont particulièrement mauvaises parce qu’elles contiennent de plus fortes doses de mercure. D’une manière générale, plus le poisson est gros, plus grande est la concentration de ses tissus en mercure.

Utilisez aussi avec prudence les ampoules économiques, car en casser une signifie rejeter de la vapeur de mercure dans la pièce et la respirer. On peut heureusement éliminer le mercure du corps en consommant chaque jour de la chlorelle, de l’agropyre et de la spiruline, ce n’est qu’une question de temps. La coriandre, prise quotidiennement, peut également aider à éliminer le mercure des tissus cérébraux.

Les pesticides :

Certains pesticides sont des toxines pour la glande pinéale, il faut donc éviter les aliments où ces insecticides ont été utilisés. Il est donc recommandé de consommer de la nourriture bio fraîche, où les pesticides chimiques n’ont pas été utilisés. De la saine nourriture bio comportant une forte proportion de crudités aide à la désintoxication de la glande pinéale.

Autres toxines :

Si quelque chose est toxique et n’est pas produit naturellement par la nature, ne l’ingérez pas. Si vous ne connaissez pas son nom chimique, c’est très probablement mauvais pour vous. Les autres toxines comprennent les édulcorants de synthèse (comme l’aspartame K), le sucre raffiné, le phénilalanine (dans les sirops de fruit), les E quelque chose, les déodorants, les produits de nettoyage, les bains de bouche (de l’eau salée suffit) et les désodorisants d’ambiance.

Le sucre, la caféine, l’alcool et le tabac (SCAT) :

D’un point de vue général, un régime exempt de sucre, de caféine, d’alcool et de tabac (SCAT) va non seulement nettoyer l’organisme, mais aussi amener l’énergie de la « kundalini » et vous assurer un excellent équilibre physique et mental. Il faut poursuivre le régime pendant au moins deux mois. Plus vous maintenez ce régime longtemps avec de l’exercice, plus vous constaterez une augmentation de votre niveau d’énergie et une perte des kilos superflus, et votre cerveau sera débarrassé des toxines. Ce qui vous permet de vous concentrer sur la réactivation de la glande pinéale.

Étape 2 — Éliminer la calcification de votre glande pinéale

On peut éliminer le résultat d’années de concrétions toxiques dans sa glande pinéale avec un peu de persévérance et de motivation.

Il existe bien des manières de décalcifier votre glande pinéale, vous en trouverez ci-dessous une liste, avec ce qu’il faut faire :

L’huile de raie bio Blue Ice :

Une des plus puissantes substances naturelles que vous puissiez utiliser pour décalcifier votre glande pinéale. Elle contient une substance très puissante nommée l’ »Activateur X », découvert par Weston Price. Voir ci-dessous pour plus d’informations sur l’ »Activateur X ».

Le MSM :

 

Le méthyl-sulfonyl-méthane est un complément alimentaire relativement nouveau, dérivé du soufre.

Très puissant dans le cas d’une désintoxication générale. Il est également bon pour les cheveux, pour la peau, pour les ongles et pour consolider les os. Commencez avec une bonne dose et progressez jusqu’à environ 7.000 à 10.000 mg/jour. Le MSM commence à être efficace à des doses supérieures, il reste néanmoins bénéfique même à des doses inférieures.

Le chocolat brut :

A haute dose, le chocolat brut est un grand détoxifiant de la glande pinéale, grâce à son contenu riche en antioxydants. Il est bon aussi comme stimulant de la glande pinéale, ce qui peut vous aider à activer votre troisième œil. Voir « Comment activer votre glande pinéale » pour plus de renseignements sur les activateurs.

L’acide citrique :

Le citron cru, fraîchement pressé, est un très bon détoxifiant de votre glande pinéale. L’acide citrique fonctionne également, mais le jus de citron cru est recommandé. Il est recommandé de prendre 3 cuillerées à soupe d’acide citrique, ou 7 citrons bio, par jour pendant trois semaines, à jeun. On peut aussi ajouter de l’eau de source, car l’acide citrique n’est pas très bon pour les dents.

L’ail :

L’ail est d’une étonnante efficacité, parce qu’il dissout le calcium et agit comme antibiotique. Il booste en plus votre système immunitaire. Consommez une demie à deux têtes d’ail par jour (ou plus, si vous le souhaitez). Afin de vous assurer que votre haleine ne fait fuir personne, vous pouvez broyer l’ail dans du vinaigre de cidre cru ou du jus de citron frais, pour le désodoriser. Prenez soin de réutiliser ultérieurement le reste de jus de citron ou de vinaigre dans une salade, ou d’autres plats. Ne gâchez rien.

Le vinaigre de cidre de pomme brut :

Il est très bon pour la désintoxication de votre glande pinéale, car il contient de l’acide malique. Il est très agréable au goût et se met sur la nourriture. Nous recommandons le vinaigre de cidre Braggs, mais assurez-vous qu’il est bien brut. D’une manière générale, on devrait vendre le vinaigre en bouteilles de verre, et si ce n’est pas le cas, n’achetez pas, sous peine de consommer aussi du plastique !

L’huile d’origan ou de margousier :

Elle agit comme antibiotique naturel contre les coques de calcium dont s’entourent les nanobactéries dans la glande pinéale.

L’Activateur X (de la vitamine K1/K2) :

Découvert par Weston Price, c’est un détoxifiant super puissant, particulièrement s’il est associé à de la vitamine A et à la vitamine D3, et il possède de nombreuses propriétés. Il peut inverser le processus d’artériosclérose, permettant de retrouver l’équilibre enzymatique. Ceci permet d’éliminer le calcium des artères et d’autres endroits (par ex. de la glande pinéale) et de le replacer là où il est nécessaire, c’est-à-dire dans les os. C’est aussi un catalyseur puissant de l’absorption des vitamines et des minéraux.

 

La vitamine se présente naturellement sous deux formes :

La vitamine K1 (phylloquinone ou phytoménadione) est présente dans les légumes à feuilles vertes La vitamine K2 (composée de ménaquinones) est créée par la microflore intestinale, mais peut aussi s’obtenir à partir de sources alimentaires telles que les abats, le foie (de préférence foie d’oie ou de poulet), jaunes d’œufs, des produits laitiers fermentés comme le fromage ou le beurre (de vache nourries à l’herbe verte à croissance rapide), le Natto — plat japonais au soja fermenté — (la nourriture la plus riche en K2), la choucroute, les huiles marines, les œufs de poisson et les coquillages.

Le bore :

Le bore est un autre détoxifiant puissant et nettoyant de la glande pinéale. Il est également efficace pour éliminer le fluor. On le trouve dans les betteraves, et le meilleur moyen de le consommer est sous forme de betteraves bio ou d’essayer la poudre de betterave associée à de l’eau de source ou d’autres liquides et aliments. Vous pouvez essayer d’ajouter 1/4 de cuiller à café de borate de sodium

(borax) à vos thés verts. Une source bon marché de bore est le borax classique, qu’on peut acheter dans la plupart des supermarchés.

Il faut prendre le borax en très petites quantités, dans de l’eau pure, en ne mettant pas plus d’1/32ème à 1/4 de cuillère à café de borax par litre d’eau. La manière sûre et efficace, c’est de consommer ce mélange en petite quantité tout au long de la journée.

Prendre environ 1/8ème de cuiller à café et une pincée de sel de mer est également considéré comme efficace. Une alternative au borax commun est le borate de sodium alimentaire.

La mélatonine :

Bien qu’il n’existe pas de preuves vraiment concluantes, beaucoup de gens croient que la mélatonine contribue à éliminer le fluor en augmentant la décalcification de la glande pinéale, ce qui contribue à dégrader la calcification existante. En plus d’une complémentation en mélatonine, avoir une grande activité physique dans la journée, suivre un régime alimentaire sain, pas trop abondant, et faire des exercices de méditation ou de relaxation, tout cela contribue aussi à ce que la glande pinéale augmente sa production de mélatonine.

L’iode :

Il a été prouvé cliniquement que l’iode contribue à l’élimination du fluorure de sodium via l’urine, sous forme de fluorure de calcium.

La plupart des régimes sont déficients dans ce minéral vital, et il est recommandé de consommer des algues et des compléments iodés qui associent iode et iodure de potassium. Eliminer le fluor par l’iode diminue cependant votre apport en calcium. Il vous est donc recommandé de prendre également un complément calcium / magnésium efficace. Consommer de la lécithine est aussi recommandé, pour compléter l’apport en iode.

Le tamarin :

La pulpe, l’écorce et les feuilles du tamarinier peuvent être utilisées pour la confection de thés, d’extraits et de teintures qui élimineront les fluorures par l’urine. Le tamarinier est largement utilisé en médecine ayurvédique et offre de nombreuses propriétés intéressantes pour la santé.

L’eau distillée :

Des études affirment que l’eau distillée peut contribuer à décalcifier la glande pinéale. Pour plus de renseignements, consultez le site : « 24 médecins qui ont le courage de dire la vérité sur l’eau distillée » (24 Doctors with the courage to tell the truth about Distilled Water).

Ce site parle aussi de boire l’urine. Je sais que cela paraît absurde, mais notre urine est aujourd’hui polluée par nos mauvais régimes, d’où son odeur, etc. La notion qui est derrière ça, c’est que l’urine propre qu’on obtient au cours d’un régime à base de crudités est saine et joue le rôle d’un puissant agent nettoyant. Le lien ci-dessus contient une section sur ce sujet, cherchez simplement « dear water-based creatures » (chères créatures aquatiques) sur la page web.

Si vous utilisez pendant plusieurs mois les techniques ci-dessus, votre glande pinéale va rapidement se décalcifier et se désintoxiquer !

Voici un lien (en anglais) pour obtenir des informations sur le BORAX

BORAX : http://www.health-science-spirit.com/borax.htm

The Borax Conspiracy

Source : projet Avalon

http://projectavalon.net/lang/fr/cslf_spirit_decalcifying_pineal_%20gland_fr.html

Extrait d’un article de Rusty James

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2014/11/10/30928109.html

[…] l’incroyable puissance de détoxination de la chlorella ne se limite pas à des toxines comme le mercure, l’aluminium et le fluorure. Tout comme elle le fait déjà pour les métaux lourds, la chlorella se lie aux particules radioactives et les éjectent littéralement hors du corps. En totale synergie avec ses nombreuses autres fonctions qui favorisent la santé, la chlorella est un superaliment vital et de nombreuses études scientifiques ont prouvé qu’elle aide le corps à le protéger de la radioactivité. qui peut le plus peut le moins .

DETOXIFICATION DU FLUOR:

Le bromure et le fluorure sont éliminés par l’iode contenu dans les algues , mais pas par un autre chélateur ou toutes autres techniques de détoxification. Le Dr Gyula Kenezy Korhaz indique que l’iode chélates les métaux lourds comme le mercure, le plomb, le cadmium et l’aluminium et les halogènes tels que du fluor et du bromure, réduisant ainsi leurs effets inhibiteurs de l’iode [1], en particulier des halogènes.

LES MOYENS POUR LA SORTIE DES METAUX LOURDS.

L’une des méthodes du Dr Klinghardt , la plus efficace, semble être la prise de Chlorella, 24 comprimés 4 fois par jour, auxquels on ajoute, par synergie, sinon le métal ne s’évacue pas, l’ail des ours et la coriandre. Au cour de ces 6 semaines la quantité de neurotoxines qui circule diminue de 90%. On observe alors des améliorations incroyables. La seconde méthode, tout aussi naturelle, apparaît être le petit lait de chèvre. Les acides aminés contenus dans le liquide des fromages, (leucine, valine et isoleucine) ont un effet particulièrement stimulant pour jeter les importuns. Les grandes quantités de substances minérales et d’oligo-éléments qui s’y trouvent sous forme naturelle soutiennent l’élimination.

Il y a donc action synergisante.

CHLORELLA

Saviez-vous que l’on trouve dans la chlorella un élément phyto-chimiques qui peut effectivement reconstruire les lésions nerveuses dans le cerveau et le système nerveux; de la sorte la chlorella est utilisé pour récupérer des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. On peut vivre litérallement rien qu’en mangant des micro-algues comme la Chlorella et la Spiruline, se sont des super-aliments de 2 à 8 microns donc de la taille des cellules sanguines.

Le fait que la chlorella est verte vient de sa teneur en chlorophile.

Elle ne contient pas d’hydrates de carbone raffinés, contient un taux élevé de protéine digestives, contient des acides gras, pas de mauvaises graisse, contient de la chlorophile. On dit que la chlorella est un parfait ensemble. En plus d’être une protéine complète elle contient toutes les vitamines; B, vitamine C, vitamine E, et les principaux minéraux (tels le fer le zinc en quantités assez grandes pour être considérés comme complémentaires), il a été constaté, qu’elle améliore le système immunitaire, améliore la digestion et la désintoxication; accélére la guérison, la protection contre les radiations, elle aide à la prévention des maladies dégénératives, aide dans le traitement de Candida albicans, et soulage les douleurs arthritiques, en raison de sa valeur nutritive, et aide à la réussite de nombreux régime pour perdre du poids.

merci de diffuser en cliquant sur j’aime qui devrait s’appeller partage mais que voullez vous plus c’est précis et plus les gens s’y retrouvent ……no comment . pour les abonnés veullez cliquer sur la page rusty james news a droite pour recevoir les mises a jour des articles la fonction sur le blog etant bloqué merci de votre soutient.

Source : rusty Jame

 

 

18 février 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

OSTÉOPATHIE ET VIE SEXUELLE

trouble sex osteopathieGYNÉCOLOGUES ET SEXOLOGUES NE SONT PLUS LES SEULS SAUVEURS DE NOTRE VIE SEXUELLE, DEPUIS QUELQUES ANNÉES, LES OSTÉOPATHES SONT EUX AUSSI CONSULTÉS EN CAS DE (PETITES OU GROSSES) DIFFICULTÉS.

Très en vogue depuis les années 2000, l’ostéopathie est plébiscitée par les Canadiens, puisqu’une personne sur deux est déjà allée consulter l’un des 23 000 ostéopathe en exercice. Alors que les physiothérapeute s’attèlent à rééduquer les muscles ou les articulations, les ostéopathes prennent, eux, en charge l’ensemble des troubles fonctionnels du corps humain (maux de dos, tête, ventre…) c’est-à-dire des douleurs qui ne sont pas pathologiques (où il n’y a pas de lésion au sens médical du terme).

Dans quelles proportions ?

on estime que 5 % des patientes ont consultées un ostéopathe en 2014 pour des troubles de la sexualité. Ce n’est pas une évidence au départ mais quand on les interroge, on passe en revue l’ensemble du corps (système digestif, maux de tête, dos…), un climat de confiance s’installe et la patiente peut alors arriver à évoquer des douleurs pendant les rapports sexuels. On appelle cela des dyspareunies.

trouble sex osteopathie

Pour quelles raisons ?

Plusieurs causes peuvent être avancées. Je me souviens d’une patiente qui avait fait une chute violente sur les fesses à proximité d’une piscine, mais ce peut aussi être suite à un accouchement douloureux ou traumatique ou après un rapport un peu (trop) acrobatique… Suite à ces événements, l’équilibre global du corps se déplace et rend les rapports sexuels douloureux voire parfois impossibles. Ce problème physique devient dès lors un problème psychique source de honte et parfois de perte de confiance en soi.

En quoi l’ostéopathie peut aider ?

Grâce à des manipulations et des mobilisations des articulations, des ligaments, des muscles, des tendons (l’ostéopathie c’est ça), on restitue la mobilité dans l’ensemble du corps. Par exemple, un traumatisme sur une articulation de la cheville voire dans le bras peut suffire à dérégler la mécanique du corps dans son ensemble, y compris intime. L’ostéopathe intervient alors sur d’autres parties du corps (cheville, bassin, tête etc.) pour rééquilibrer le bassin et régler les douleurs ressenties durant le rapport.

Est-ce moins tabou aujourd’hui de venir consulter pour ces raisons ?

couple trouble sexualite
Il y a une tendance à l’augmentation de la prise en charge de ce type de douleurs parce que les indications à l’ostéopathie sont de plus en plus connues. Depuis quelques années, les Canadiens commencent à comprendre que l’ostéopathe ne soigne pas seulement le mal de dos.

Avez-vous des patients hommes ?

Oui. Les hommes peuvent souffrir de leur sexualité même si en apparence la mécanique a l’air moins complexe, et la aussi ils sont de plus en plus nombreux a suivre le pas.

 joie homme trouble sexualite

 

15 janvier 2016
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Ergonomie de travail

Voici quelques pistes pour penser votre ergonomie de travail. L’ergonomie est quelque chose de dynamique donc n’hésitez pas à faire de l’essai erreur.

Pour toute question demandant plus d’expertise,
contactez Emmanuel de http://alliance-ergonomie.ca/ qui saura vous donner un service adapté à vos besoins.

  • Version courte par la CSST :

 

CSST-page-001

CSST-page-002

  • Version plus en détail : (.pdf)

ERGOdetail (cliquer sur le lien)

ou directement visible ci-dessous :

ERGOdetail