OSTEOPATHIE VILLERAY MONTREAL

L’ostéopathie au coeur de Montréal, Villeray.

31 janvier 2022
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Coliques, troubles du sommeil et otites chez les enfants : les bienfaits de l’ostéopathie

Nous sommes habitués à penser que l’ostéopathe est un médecin pour adulte, mais ce n’est pas le cas. L’ostéopathie apporte également plusieurs avantages aux nouveau-nés (et aux jeunes), et peut aborder des troubles tels que les coliques, les problèmes de sommeil, les otites et les reflux.

L’ostéopathie pédiatrique fait partie de l’ostéopathie spécialisée dans le traitement des enfants depuis leur naissance jusqu’à l’adolescence.

Elle joue un rôle très important dans le cadre de la médecine « préventive », car elle identifie le plus tôt possible les éventuels dysfonctionnements qui peuvent se créer sur le corps de l’enfant dès la vie intra-utérine.

 

Comment voyons nous cela à la clinique Olys à Villeray Montréal.

 

L’ostéopathie néonatale, comment ca marche ?

Nous appliquons des pressions très légères sur le corps du bébé, en allant évaluer et rechercher tout dysfonctionnement qui peut être présent comme conséquence de quelque chose qui s’est produit avant la naissance, pendant la grossesse ou l’accouchement, En nous permettant d’évaluer si le corps du bébé a subi un traumatisme.

L’ostéopathie néonatale prévoit une série de traitements qui peuvent être effectués dans les premiers mois de la vie et peuvent servir, par exemple, à évaluer la conformation du crâne qui peut subir des pressions à la fois prénatales (pendant la grossesse), soit en phase périnatale (pendant l’accouchement), soit en phase post-natale (positions maintenues par le nouveau-né après la naissance).

La tâche de l’ostéopathe est de rechercher ces asymétries crâniennes et posturales et de redonner une forme et une fonction correcte au crâne, au cervical et à toute la colonne vertébrale de l’enfant.

Qu’est il possible d’aborder avec l’ostéopathie néonatale ?

Plusieurs études ont démontré l’efficacité du traitement ostéopathique sur les soins néonataux pour améliorer l’allaitement, l’asymétrie crânienne, les problèmes gastro-intestinaux et de sommeil, le développement psychomoteur et la santé du nouveau-né.

asymétrie crânienne

Une asymétrie crânienne ou plagiocéphalie, consistant en un aplatissement de la base du crâne monolatéral, bilatéral ou d’autres parties du crâne, peut être observée chez le nouveau-né juste après l’accouchement ou pendant les premiers mois de sa vie.

Il est tout d’abord essentiel d’exclure le diagnostic de craniosynostose (fusion précoce des os crâniens) de pertinence chirurgicale.

Les causes de la plagiocéphalie positionnelle peuvent être prénatales (par manque d’espace du fœtus dans le ventre maternel), périnatales (type et durée de la parturition) et postnatales (utilisation prolongée de la position sur le dos, allaitement monolatéral.)

Le plagiocéphalie est souvent associé à un torticolis.

L’ostéopathe évaluera à la fois les sutures crâniennes impliquées mais aussi les effets de cette position maintenue sur tout le corps dans le but de rendre symétrique la posture de l’enfant.

Avec la maman, ils proposent également des exercices et des positions pour permettre à l’enfant une plus grande activité motrice.

Allaitement

Le traitement manipulateur ostéopathique chez les nouveau-nés permet de vérifier d’éventuelles asymétries ou zones de rigidité au niveau de la base crânienne, qui pourraient par exemple rendre plus difficile la rotation de la tête pendant l’allaitement au sein.

L’ostéopathe contrôle à la fois toutes les structures liées à la succion du nouveau-né et la posture de la mère et du bébé pendant l’allaitement.

Rappelons qu’une succion non optimale pourrait être l’une des causes d’éventuelles coliques chez le nouveau-né.

Il est également important de collaborer avec la sage-femme qui peut vérifier les problèmes du sein de la mère et donc permettre une bonne allaitement

Coliques et régurgitations

Bien qu’ils soient physiologiques, coliques et régurgitations, ils sont souvent source de préoccupation pour maman. L’ostéopathe traitera l’enfant (en accord avec le pédiatre) avec des techniques très douces au niveau de l’abdomen et du bas de la colonne, allant ainsi délibérer certaines tensions au niveau viscéral, enseignant à la maman certaines positions ou massages à faire à l’enfant.

Développement psychomoteur

Dans la première année de vie, est importante l’évaluation d’un bon développement psychomoteur : de 0 à 1 an l’enfant apprend à se tenir debout, en parcourant différentes étapes de développement comme le roulement, le rester assis. L’ostéopathe évaluera si l’enfant est cohérent dans ses phases de développement psychomoteur, s’il y a des dysfonctionnements au niveau du bassin et de la colonne vertébrale et conseillera à la maman certains exercices à faire à l’enfant lui-même.

L’enfant apprend par le mouvement et son développement cognitif est directement lié à ce qu’est son développement psychomoteur.

Il est donc fondamental de savoir reconnaître les éventuelles limites de l’enfant et mettre en œuvre des stratégies avec la maman pour donner des stimuli finalisés à l’enfant.

Le sommeil

Les problèmes de sommeil du bébé ont des causes plurifactorielles. L’ostéopathe cherchera les raisons des réveils nocturnes (ils peuvent être altération de la respiration ou micro-apnées, problèmes gastro-entériques, etc), pour effectuer des traitements précis et personnalisés sur ces problèmes.

Plusieurs études ont également mis en évidence comment le toucher ostéopathique et des techniques spécifiques peuvent abaisser le niveau de stress chez l’enfant, permettant ainsi une plus grande relaxation des tissus et de l’enfant lui-même.

Congestion nasale

Pendant les deuxième et troisième années de la vie de l’enfant, le travail de l’ostéopathe se concentrera sur des problèmes tels que la congestion nasale et les otites qui sont les principaux problèmes pendant la période de scolarité en exécutant des techniques spécifiques sur le visage de l’enfant, cherchant également à stimuler le drainage lymphatique pour diminuer la congestion et l’inflammation qui en résulte.

humanitas-care.it

L’importance de voir un spécialiste

L’ostéopathe pédiatrique a dû avoir une formation spécifique parce que l’enfant a une physiologie et un développement très différents de l’adulte, et avoir une base d’étude importante vous permet de travailler en toute sécurité et de reconnaître tous les problèmes qui peuvent être une sonnette d’alarme.

Prendre rendez-vous

9 janvier 2022
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

L’importance de la physiothérapie et de l’ostéopathie dans le traitement des cicatrices et la libération des adhérences

Quatre-vingt-dix pour cent des personnes ignorent les blessures par coupure, brûlure, chirurgie ou accouchement par césarienne, entre autres causes. Le fait de ne pas les traiter peut avoir des conséquences sur l’organisme humain.

Une cicatrice est la marque qui reste sur la peau après le processus de réparation du tissu et qui, parfois, génère des adhérences qui peuvent affecter non seulement la surface, mais aussi les tissus internes.

La physiothérapie et l’ostéopathie fournissent des outils pour le traitement des cicatrices et la libération des adhérences. on peut éviter la formation de ces lésions et, si elles existent, pratiquer des thérapies qui contribuent à leur amélioration progressive.

Bénéfices de la physiothérapie

Le traitement de physiothérapie aide le processus de cicatrisation des tissus de manière correcte, tout en minimisant les risques d’altérations dues à des complications de la procédure. Avec cette technique, la cicatrisation est abordée d’une manière différente, car son application peut contribuer à la régénération et à la réorganisation tissulaires correctes et à réduire les effets d’une cicatrisation pathologique par excès ou rétraction.

Pour atteindre de tels résultats, plusieurs stratégies peuvent être appliquées, en fonction de la zone où se trouve la cicatrice : mobilisations, étirements, exercices fonctionnels, évaluation du tissu cicatriciel, techniques de dissémination fasciale, etc. Cependant, la plus commune est la application de la pression sur la cicatrice, car il a été démontré que ces blessures ont tendance à diminuer leur épaisseur en utilisant des éléments qui les compriment. Après l’application de ce traitement, les patients montrent une réduction du prurit, une amélioration de l’état de la peau, de la flexibilité et de la vascularisation, sans mentionner que ces changements influencent considérablement l’humeur du patient.

Traitement des cicatrices et des adhérences avec l’ostéopathie.

Avec des processus très similaires à la physiothérapie, l’ostéopathie utilise des techniques manuelles pour détecter et traiter les problèmes liés aux muscles, les articulations et les tissus conjonctifs. Il est également capable d’améliorer une cicatrice et ses adhérences avec des procédures manuelles qui permettent de situer les plans d’hypomobilité, pour ainsi travailler avec emphase sur eux et leur redonner leur élasticité. De cette façon, la libération de toutes les tensions internes qui, si elles ne sont pas traitées, peuvent avoir des effets sur le fonctionnement normal du corps et de ses organes.

L’ostéopathie et la physiothérapie doivent toutes deux être prises en charge par des spécialistes, afin d’évaluer chaque cas et de choisir le traitement le plus adapté aux conditions du patient. Une cicatrice peut commencer à être traitée 20 jours après l’opération et l’avis du médecin.

À Villeray, Olys clinique dispose d’une équipe de professionnels expérimentés dans ces cas, prenez rendez-vous en ligne ou faites nous un message avec vos disponibilités.

 
 

17 novembre 2021
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Une raison inattendue. Pourquoi la pression peut sauter ? avec l’ostéopathie bien sur

Avant de parler avec votre ostéopathe vous devriez consulter votre médecin pour toutes questions. La tension artérielle normale chez une personne en bonne santé varie de 110/70 à 120/80 mm Hg. S’il est constamment élevé ou rebondit facilement à cause du stress ou de changements soudains de temps, la personne court un risque grave pour sa santé et sa vie. Si la pression est basse tout le temps ou chute souvent, on considère qu’une telle personne a de la chance. Mais, disent les médecins, il y a franchement peu de bienfaits si vous pouvez à peine sortir du lit même après une nuit entière de repos ou avoir plein d’énergie  sauf après un café fort.

Pourquoi la pression « saute-t-elle » ? Comment traiter l’hypertension et l’hypotension si les examens montrent que tout est « normal » ?

L’ostéopathie vise principalement à traiter le système musculosquelettique mais peut aussi donner de bons résultats pour d’autres maladies ! Cela ne veut pas dire que l’ostéopathie les guérit. Cela signifie qu’elle aide à éliminer les influences qu’un os déplacé ou un muscle pincé a sur un nerf ou un vaisseau. Les organes qui dépendent de ce nerf ou de ce vaisseau fonctionnent mieux. L’hypertension en est un exemple.

Hypertension : causes et traitement. ostéopathie

Dans la plupart des cas, les raisons évidentes de l’apparition de cette maladie ne peuvent être établies. Une personne a un cœur, des reins et des glandes surrénales en bonne santé. La glande thyroïde est normale, le niveau hormonal est bon.

Les médecins ne peuvent pas déterminer la cause de l’hypertension, et comme traitement, ils peuvent suggérer des pilules prophylactiques « anti-pression » régulières. Et dans ces cas, on peut prévoir assez précisément que la consultation d’un ostéopathe et les méthodes qu’il propose seront efficaces. Pourquoi?

Bien sûr, le lien n’est pas évident. Où est le cœur et la pression, et où est le travail avec les os du crâne !? En fait, la connexion est la plus directe. Le cœur reçoit deux types de stimuli. Certains stimuli améliorent son travail, augmentent la pression artérielle, augmentent la fréquence cardiaque. Un autre type de stimulus réduit le nombre de battements par minute et abaisse la tension artérielle.

Les stimuli du premier type, explique-t-il, sont appelés sympathiques, le second – parasympathique. Les gens vivent dans un équilibre de ces deux influences. Lorsqu’une personne est en danger ou doit se dépêcher quelque part, le système sympathique est activé, la pression artérielle augmente et le pouls s’accélère. Lorsqu’une personne se repose, le parasympathique et le cœur fonctionnent plus lentement. Si l’équilibre est rompu, des problèmes surviennent.

Le plus souvent, l’équilibre est rompu vers l’intensification des influences sympathiques. Nous avons beaucoup de tension, de stress et peu de détente dans nos vies. Les nœuds sympathiques cervicaux supérieurs donnent des branches au cœur et, grâce au travail de ces nœuds, le travail de notre muscle cardiaque est stimulé. Si, à la suite d’un traumatisme, d’une naissance ou d’un acquis, les os sont déplacés et les muscles tendus, ces ganglions sympathiques sont légèrement comprimés, légèrement tendus, et stimulent encore plus le cœur. Elle est obligée de diminuer plus souvent et plus vite, donc la pression artérielle augmente.

La forme la plus courante d’hypertension est l’hypertension avec des causes « peu claires » (« hypertension essentielle »). Dans ce cas, 99% de la véritable cause de l’augmentation de la pression est un traumatisme crânien sévère. De plus, la blessure aurait pu être reçue il y a longtemps : il y a 20-30-40 ans. Pour la correction, la position correcte des os doit être restaurée et les muscles détendus. Dans une telle situation, un assez bon effet tangible peut être observé(besoin de références).

Hypotension : quelle en est la raison ? ostéopathie

Maintenant, sur les raisons de l’abaissement de la pression artérielle – l’hypotension. Dans la plupart des cas, son origine reste inexpliquée. Ils notent seulement que l’hypotension peut survenir au sein d’une même famille, principalement chez la femme. Dans les cas où l’origine de l’hypotension est identifiée, prévient l’ostéopathe, ses principales causes sont :

  • Diminution de la fonction des glandes endocrines – la glande thyroïde, les glandes surrénales, l’hypophyse.
  • Perturbation du cœur – il ne se contracte pas assez fort, n’est pas en mesure de maintenir le niveau de pression artérielle souhaité.
  • Repos au lit, mode de vie sédentaire.
  • Le mouvement c’est la vie, sans mouvement tout se fige, la pression baisse.
  • Manque grave de liquide ou de sel – mais la plupart du monde ont aujourd’hui suffisamment d’eau et de sel, donc cette situation ne se produit pratiquement pas.
 

S’il y a une hypotension, mais qu’aucune des raisons énumérées n’a été identifiée, alors quel est le problème ? La cause de l’hypotension n’est pas si évidente et est présente depuis très longtemps. Le plus souvent, il s’agit d’une forme effacée de trouble métabolique apparue dans la petite enfance, très probablement dans l’utérus.

Le corps du fœtus n’était pas formé correctement, il manquait de nutriments. Ceci est souvent aggravé par le fait que votre propre tractus gastro-intestinal n’a pas complètement absorbé la nourriture. A quoi cela a-t-il conduit ? Au cours du processus de formation des vaisseaux, le réseau de tissu conjonctif, qui renforçait la paroi du vaisseau, était affaibli, trop souple. Son extensibilité était supérieure à celle qui devrait l’être en fonction des paramètres requis du système circulatoire.

Ainsi, les vaisseaux sont techniquement incapables de maintenir le niveau de pression artérielle souhaité – ils s’étirent trop. Cela se manifeste par le fait que les chiffres de la pression artérielle peuvent être inférieurs au seuil. Naturellement, si les maladies et les facteurs mentionnés précédemment sont ajoutés à cela, la situation peut être plus frappante et cette personne peut présenter des symptômes d’hypotension plus prononcés.

Que faire avec une pression réduite ? Il y a plusieurs recommandations, parmi eux:

  1. Tout d’abord, il est important d’arrêter d’utiliser des stimulants, car ils nuisent aux systèmes cardiovasculaire, nerveux et endocrinien.
  2. Bien sûr, il est logique de consulter un bon endocrinologue qui regarde plus loin que les valeurs de référence de laboratoire comme normales.
  3. Pour maintenir la force, vous devez bouger suffisamment. Assurez-vous d’inclure des protéines et des graisses animales dans votre alimentation.
  4. Il est important d’observer la routine quotidienne, de se coucher à l’heure – au plus tard à 23 heures, idéalement – à 22 heures.
  5. Le corps est plus facile à travailler dans de telles conditions, il dépense moins d’énergie.

En observant toutes ces conditions, une personne constate au fil du temps que sa santé dans son ensemble s’améliore. Avec une pression artérielle basse, il est possible d’avoir une bonne qualité de vie. De plus, une pression artérielle réduite protège dans une certaine mesure contre certaines maladies cardiovasculaires. Par exemple, de l’athérosclérose, des maladies coronariennes.

16 juin 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Que traite l’ostéopathie

De la tête aux pieds …

L’ostéopathie est une médecine manuelle ancestrale qui traite avec efficacité de nombreuses souffrances du corps : douleurs du dos, tensions musculaires, douleurs d’arthrose, certaines maladies ORL et digestives sans oublier certains troubles de la femme enceinte et du nourrisson.

Les articulations et les muscles :

  • Lombalgie: lumbagos, sciatiques…
  • Dorsalgiescervicalgies : torticolis, coup du lapin, côtes ou vertèbres « déplacées » ou bloquées…
  • Entorses: cheville, genou, poignet…
  • Tendinites: tennis-elbow, golf-elbow, périarthrite…
  • Traumatologie du sport.
  • Certaines perturbations de la machoire.

Le système nerveux et vasculaire :

  • Migraines, céphaléees et certaines formes de vertiges.
  • Etat d’hyper nervosité, d’anxiété, de troubles du sommeil, de stress, de fatigue, d’irritabilité…
  • Névralgies: cruralgies, sciatiques, névralgies cervico-brachiales ou intercostales.

Le système digestif et viscéral :

  • Troubles de la digestion : constipation, diarrhées, ballonnements, brûlures d’estomac, nausées, colites, côlon irritable.
  • Troubles génitaux urinaires : suivi ostéopathique de la grossesse, règles irrégulières, douloureuses, douleurs lors des rapports sexuels, incontinences urinaires, …
  • Troubles ORL: rhinite, sinusite, bronchite, asthme, acouphène, bourdonnement, otite.

Les séquelles de traumatisme :

  • Accidents de la voie publique: séquelles d’accident d’auto/vélo.
  • Conséquences de chutes et de chocs : coccyx, épaule, crâne…
  • Travail post chirurgical après cicatrisation : adhérences de cicatrices, césarienne…

L’aspect préventif de l’ostéopathie :

L’Ostéopathe, est souvent consulté en crise, soit consécutivement à un traumatisme, ou bien à la faveur d’un faux mouvement sur un terrain déjà fragilisé. Pourtant, il vaut mieux prévenir que guérir…

L’ostéopathie étant une médecine préventive, une à deux fois par an, une vérification de la structure et de l’état de santé de votre corps peut aider à limiter, voire à éviter les futures douleurs et/ou troubles musculaire, articulaire, nerveux, digestif, …

Si vous avez une urgence en ostéopathie que ce soit le samedi ou le dimanche et jours fériées vous pouvez bénéficier d’un traitement en ostéopathie.

<< Confier son corps à un ostéopathe n’exclut pas les examens conventionnels >>

Le nourrisson

L’accouchement est un des premiers traumatismes pour le bébé.Trop long ou trop court, il peut perturber le fonctionnement normal des structures crâniennes. Difficile, il nécessite parfois l’emploi de spatules, ventouses ou forceps, qui vont influer sur la mobilité des jonctions des os du crâne et occasionner des troubles fonctionnels immédiats ou ultérieurs.

Souvent les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, le crâne en obus, un oeil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé… Les parents s’entendent dire que cela se remettra tout seul… Apparemment oui, mais l’équilibre crânien est rompu et il y a une dysfonction qui relève d’un traitement ostéopathique.

Quand consulter:

  • si votre bébé est né prématurément, par césarienne ou par le siège
  • le cordon ombilical enroulé autour du cou
  • le crâne déformé par l’utilisation de forceps ou de spatules
  • s’il régurgite, dort peu, pleure en permanence
  • une respiration bruyante
  • des difficultés à s’alimenter
  • se cambre en arrière durant la tétée
  • des coliques, des signes de nervosité, d’hypertonicité ou d’apathie
  • des otites ou des rhinites à répétition
  • des signes de torticolis congénital
  • un strabisme

Afin d’obtenir un traitement le plus efficace possible, il est conseillé de consulter son ostéopathe dans les jours suivants l’accouchement.

L’ostéopathe ne remplace ni le médecin traitant, ni le pédiatre ou tout spécialiste dont votre enfant aurait besoin.

L’enfant

Chacune des activités de votre enfant peut perturber son équilibre général. Le poids du cartable, une mauvaise posture à l’école, un traumatisme au sport… sont autant de dysfonctionnements qui peuvent l’affecter durablement. Par exemple, le pouce dans la bouche, la pose d’un appareil dentaire peuvent entraîner un déséquilibre de la fonction crânienne. Surgissent alors des maux de tête, de l’irritabilité, des troubles du sommeil ou de concentration.

Quand consulter:

  • Pour faire un bilan ostéopathique annuel
  • Dès les premiers pas.
  • Avant le démarrage d’une activé sportive
  • En suivi d’une activité sportive intensive.

Pourquoi consulter :

  • Troubles du développement psychomoteur.
  • Scoliose, lordose, cyphose ou attitude scoliotique.
  • Maux de tête, de dos.
  • Après une entorse, déchirures ligamentaires, intervention chirurgicale, des chutes.
  • Essoufflement à l’effort.
  • Port d’un appareil dentaire.
  • Après la succion du pouce.
  • Certains problèmes d’audition ou de vision.
  • Affections ORL à répétition.
  • Colique, constipation
  • Difficultés de concentration à l’école.
  • Dyslexie
  • Hyperactivité, excitation, troubles de l’humeur
  • Troubles du sommeil.

La femme enceinte

Avant la grossesse

Pour préparer le corps de la future maman à l’arrivée du foetus, pour s’assurer de la bonne mobilité du bassin et des structures environnantes afin que l’organisme puisse s’adapter au mieux aux changements qu’il va subir.
En cas de difficultés de conception, d’infertilité fonctionnelle, l’ostéopathie peut être une solution à envisager : une bonne mobilité du bassin (osseux, musculaire et ligamentaire) est primordiale pour une bonne fonction viscérale (utérus, trompes, ovaires,…).

Pendant la grossesse…

Pendant 9 mois, le corps de la maman subit des transformations importantes. Lors d’une grossesse « normale », il est fréquent que des troubles fonctionnels apparaissent.
L’ostéopathie favorise une meilleure adaptation du corps à ses changements pour une grossesse harmonieuse.

Pourquoi consulter :

  • Douleurs lombaires, coccygiennes
  • Sciatalgie, cruralgie
  • Digestion difficile, nausées, vomissements
  • Angoisse, fatigue et stress
  • Oppression thoracique
  • Insomnies
  • Troubles circulatoires

Après l’accouchement…

Enfin, une consultation postnatale doit être envisagée, pour la nouvelle maman, pour rééquilibrer certaines structures perturbées lors de l’accouchement (périnée, bassin, coccyx,…) et est fortement conseillée avant toute rééducation du périnée.

Pourquoi consulter :

  • Douleur lombaire, coccygienne,…
  • Incontinence urinaire ou anale
  • Douleur pendant les rapports

Les Séniors

A tout âge, notre corps subit des transformations mais au fil des années, les ligaments perdent de leur élasticité, les cartilages s’usent et s’amincissent. Cette évolution naturelle peut occasionner des douleurs, voir des difficultés motrices.

Pourquoi consulter:

  • Douleurs vertébrales, cervicales, dorsales, lombaires ou coccygiennes.
  • Douleurs articulaires (genou, hanche, coude, poignet…).
  • Difficulté de locomotion.
  • Engourdissement des membres.
  • Maladies dégénérative : Parkinson, Alzheimer,…
  • Ostéoporose.
  • Arthrose.
  • Maux de tête, vertiges.
  • Troubles du sommeil.
  • Faiblesse de la vessie, du transit intestinal, de la prostate.

 

30 avril 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Ostéopathie et grossesse

 osteopathie villeray montrealTout au long de la grossesse, de nombreux changements de la posture et de l’équilibre de l’ensemble du corps de la femme vont survenir selon une dynamique individuelle et en lien avec la condition de son état de santé.

Ces manifestations physiques seront différentes d’une femme à une autre et bien souvent d’une première à une seconde grossesse.

Les transformations musculo-squelettiques, viscérales et hormonales suivantes seront observées, par la femme et discutées lors des suivis en obstétrique;

  • Une augmentation de la courbure du bas du dos (vertèbres lombaires) entrainant une adaptation de posture du basin du thorax, des épaules et de la tête.
  • Un élargissement du bassin en lien avec l’augmentation de la taille de l’utérus correspondant au développement du fœtus.
  • Une augmentation du volume des seins et un gain de poids progressif.
  • Une augmentation du volume sanguin, une répartition de l’entreposage du gras selon les régions spécifiques à la maternité et selon la génétique de la femme.
  • Une augmentation de la laxité des certaines articulations du corps, particulièrement le bassin et la colonne vertébrale.

Pour classifier l’ensemble des changements reliés à la grossesse lors des suivis de santé, le terme de 40 semaines de gestation est divisé en trois trimestres.

Premier trimestre (0 à 12 semaines)
  • Nausées et vomissements
  • Maux de tête, migraine
  • Augmentation du volume des seins
  • Étourdissements
Deuxième trimestre (13 à 28 semaines)
  • Tension ou douleur musculaire dans le bas du dos (vertèbres lombaires)
  • Tension ou douleur dans la fesse et la jambe (sciatalgie)
  • Tension, douleur, engourdissement dans les bras et mains (tunnel carpien)
  • Essoufflement
  • Douleur dans la région du thorax
  • Sensation de lourdeur et crampes dans les jambes
  • Insomnie
  • Changement de la pression artérielle (hypertension)
 osteopathie villeray montreal grossesse
Troisième trimestre (28 à 40 semaines)
  • Inconfort et trouble de sommeil
  • Reflux et brûlement gastriques
  • Apparition de varices
  • Constipation
  • Augmentation de la fréquence d’uriner
  • Pesanteur et douleur dans les jambes
  • Douleur au niveau du bassin (l’aine, et la symphyse pubienne)
  • Douleur dans la fesse irradiant dans la jambe (sciatalgie)
  • Tension, douleur, inconfort dans la région du bas du dos (vertèbres lombaires)
  • Sensation de pression au bas du bassin (périnée)

Ces transformations importantes seront progressivement les causes des symptômes de douleur ressentie par la femme tout au long de sa grossesse.

Les bienfaits de l’ostéopathie pour la femme enceinte

L’ostéopathie est une approche globale dans le traitement des tensions et douleurs musculo-squelettique et des changements de santé au niveau viscérale, hormonale, et neurologique. Les symptômes causés par les transformations qui surviennent lors de la grossesse sont souvent interreliés entre eux.

La particularité de l’ostéopathie spécialisée dans le traitement de la femme enceinte a comme objectif de traiter l’ensemble des systèmes ou régions du corps qui subira des changements importants au moment des différents trimestres de la grossesse.

Lors de la première rencontre, l’ostéopathe procède à une évaluation globale de l’état de santé et documente avec précision les inconforts et tensions qui sont ressentis par la femme enceinte. Grâce à ses connaissances anatomiques et physiologiques approfondies et à la précision de l’évaluation des différentes régions du corps de la patiente, l’ostéopathe identifie les causes primaires et leurs liens avec les symptômes décrits par la femme enceinte.

Dans la pratique clinique, on remarque que les femmes commencent à consulter en ostéopathie au cours du deuxième et du troisième trimestre. Le traitement de la femme enceinte vise généralement le soulagement des symptômes suivants;

  • Douleurs musculaires reliées aux changements rapides et progressifs de la posture
  • Sciatalgie
  • Syndrome du tunnel carpien et de la sinusite de la femme enceinte
  • Constipation et reflux gastrique
  • Douleurs situées dans le bassin et le plancher pelvien
  • Lourdeur dans les jambes et l’apparition de varices
  • Augmentation de la mobilité du bassin et de l’utérus pour favoriser la position optimale du fœtus durant la grossesse et lors de l’accouchement.
Traitement dans le but de faciliter le déclenchement des contractions menant à un accouchement naturel.

De plus les traitements en ostéopathie, lors du suivi de grossesse auront un effet sur la réduction du temps de travail lors de l’accouchement, et la diminution d’interventions médicales (utilisation de forceps, ventouse et péridurale) et risque de césarienne.

Les douleurs post-partum

Il arrive que certaines douleurs surviennent dans les premières semaines ou mois après l’accouchement. Dans certains cas, il se peut que ces douleurs soient celles ressenties au courant des derniers trimestres, qui avaient été résolues après l’accouchement et qui réapparaissent.

Et il peut aussi s’installer de nouvelles tensions ou douleurs qui n’ont jamais été présentes lors de la grossesse et non plus dans l’historique de santé de la femme. Ces douleurs peuvent être présentes durant les activités physiques, au repos ou dans certaines positions. Les douleurs post-partum les plus fréquentes sont;

Tensions, inconforts et douleurs diffuses et/ou précises situés dans la partie inférieure du corps, le bassin (symphyse pubienne), les jambes, les genoux, les pieds et la partie supérieure, les côtes, les épaules, le cou et la tête.

Les causes de ces douleurs post-partum peuvent être reliées aux traumatismes (luxation du coccyx ou de la symphyse pubienne) subis lors de l’accouchement au niveau du bassin ou de l’utérus (césarienne), ou en lien avec la péridurale. Elles peuvent aussi être causées par les tensions occasionnées sur les tissus de soutien appelés « fascias » situés dans le bassin et l’ensemble du corps, qui auront subi un changement considérable de leur forme (tension d’étirement) et leur texture (tension cicatricielle).

 osteopathie villeray montreal

L’ostéopathe grâce à ses compétences et connaissances anatomiques sera en mesure d’identifier les causes primaires de ces douleurs post-partum et de les corriger.

Il est assurément pertinent de consulter en ostéopathie au cours des 2 premiers mois après l’accouchement afin d’éviter les douleurs et tensions post-partum. La prévention précoce nécessite souvent moins de traitement que lorsque les tensions se sont installées progressivement, au fil des nombreux mois, dans l’ensemble du corps de la patiente.

Le yoga, l’ostéopathie et le suivi de grossesse

Il est reconnu et fortement conseillé que la femme enceinte demeure active, afin d’améliorer sa condition physique et de réduire les inconforts et douleurs reliées à la grossesse. Le yoga est une activité physique de plus en plus pratiquée grâce à ses bienfaits sur les douleurs musculaires et viscérales de la femme enceinte. La pratique du yoga durant le deuxième et le troisième trimestre peut faciliter le déplacement du fœtus dans la position optimale pour l’accouchement et réduire le temps de travail et les risques de complications (utilisation de forceps, ventouse, péridurale et césarienne).

Lors du suivi de grossesse avec un ostéopathe, il est utile de recommander des exercices à la patiente afin d’augmenter l’effet bénéfique des traitements et de pouvoir les espacer. Dans ma pratique clinique, je travaille avec 3 à 4 positions de yoga adaptées à la patiente et elles sont enseignées dès le premier traitement. Ces positions sont faciles à faire et ne nécessitent que 3 à 4 périodes de 15 minutes par semaine.

Il est souvent utile de suivre parallèlement aux traitements en ostéopathie, des soins en acupuncture pour augmenter la vitesse de réduction des douleurs post-partum.

12 avril 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

L’ostéopathie à la rescousse des pathologies du pied

La consultation en ostéopathie

permet d’intervenir en pré-opératoire afin de préparer au mieux le situation du patient avant une intervention chirurgicale et en post-opératoire afin de favoriser une récupération rapide de la locomotion et de diminuer les douleurs. 

Même si l’ostéopathie n’est pas encore reconnue comme thérapeutique efficace par le corps médical, elle ne cesse de progresser dans le quotidien des personnes qui en ont assez de souffrir de douleurs articulaires et musculaires.

Il arrive parfois que des thérapies complémentaires autre que l’ostéopathie exercées par des praticiens confirmés apportent la preuve empirique de leur vertus et que l’évidence du bénéfice parvienne à forcer les portes des cénacles les plus fermés.

C’est ce qui est arrivé à l’ostéopathe Jacques Alain Lachant, spécialiste des désordres induits par la marche, qui depuis un et demi a ouvert une consultation d’ostéopathie dédié aux troubles de la marche et spécifiques des pathologies à la Clinique du Mont-Louis, à Paris, réputée pour rassembler les meilleurs experts des pathologies du pied.

Le staff médico-chirurgical regroupe en effet, 6 chirurgiens orthopédistes, un rhumatologue, un radiologue, trois podologues, un et médecin du sport. La fine fleur du pied a toutefois souhaité s’attacher les compétences d’un ostéopathe spécialisé dans les troubles articulaires, tendineux et musculaires des membres inférieurs afin d’améliorer la prise en charge pré et post opératoire de ses patients.

Les patients se divisent en deux grandes catégories, pour les autres il s’agit de patients atteints des troubles de la marche. Pour la première, il s’agit de patients déjà opérés pour une pathologie orthopédique du pied et de la cheville et qui souffrent des années plus tard de nouveaux problèmes affectant le pied opéré. Pour la deuxième catégorie, ce sont des patients qui sont candidats potentiels à un acte chirurgicale pour une affection orthopédique du complexe pied-cheville ou plus largement des membres inférieurs.

Le pied est fragile

Comme Nous l’avons déjà vue, l’os est une patte ce qui rends le pied propice à differents maux.

En ostéopathie, parmi les pathologies les plus courantes rencontrées sont par exemple : les séquelles de traumatisme du pied et du membre inférieur, les hallux valgus, les hallux rigidus, les syndrômes de Morton, les tendinopathies d’Achille et celles de l’appareil stabilisateur du pied, des orteils en griffe, des douleurs d’appui sous les 2ème, 3ème et 4ème têtes métatarsiennes, de séquelles d’entorse, d’instabilité de la cheville, de certains pieds creux ou plats douloureux, des coxarthroses et des tendinites du pied.

Dans tous les cas, ces pathologies entravent gravement l’équilibre de la marche, la course ainsi que l’autonomie des patients. Chaque patient étant unique, la complexité de sa situation biomécanique nécessite un diagnostique pluri-disciplinaire, impliquant l’analyse historique de la maladie et l’examen du patient par le groupe, chacun apportant son éclairage.

L’ostéopathie pour que l’opération se déroule bien

L’apport clinique de l’ostéopathie dans la prise en charge des pathologies du pied ou de la cheville est déterminant pour aider les patients à mettre toutes les chances de leur côté avant l’opération pour que celle-ci se déroule au mieux, puis, après l’opération afin de favoriser une récupération rapide et d’atténuer les douleurs.

Souvent, les difficultés de récupération du patient suite à une opération sont en lien avec un désordre fonctionnel ancien : trouble de la marche, boiteries non consciente, surcharge pondérale, etc. Les patients qui n’ont pas pu bénéficier de soins préventifs en ostéopathie récupèrent souvent plus difficilement que les autres. Les soins ostéopathiques s’adressent à toute personne devant se faire opérer du pied, de la cheville, du genou ou de la hanche.

En tout premier lieu, dans la phase pré-opératoire, le regard de l’ostéopathe permet de diagnostiquer les troubles fonctionnels préexistants à l’apparition de la pathologie qui pourraient rendre difficile une bonne récupération du patient après son intervention. Mais plus, la consultation en ostéopathie à la clinique aide la patient à préparer l’intervention en restituant une meilleure mobilité articulaire, pour toutes les articulations impliquées dans la posture debout et dans la marche (pied, cheville, genou, hanche, bassin, rachis, épaules, mains).

Par ailleurs, en ostéopathie sont traitées les insuffisances musculaires et celles du tonus du pied et de la jambe, les désordres de la marche quelque soit l’origine et que le patient ne ressent pas toujours.

Dans le cadre de la prise en charge pré-opératoire du patient, l’ostéopathe fait en quelque sorte un retour en arrière sur les troubles de la motricité qui ont présidé à la détérioration des articulations du pied, de la cheville et les soigner.

Ceci pour aider l’acte chirurgical, faciliter et optimiser la récupération du patient qui a depuis longtemps perdu l’harmonie de sa marche. En poussant cette préparation à son maximum, il est donné au patient une meilleur garantie de récupération post-opératoire. Ces soins très spécialisés peuvent être engagés trois mois minimum avant la date prévue de l’intervention.

L’ostéopathie en post-opératoire : moins de douleurs, une meilleure récupération

L’ostéopathie intervient aussi pour le plus grand bénéfice des patients dans l’accompagnement post-opératoire, par exemple dans  l’optimisation de la récupération de toutes les fonctions dynamiques du pied, du confort de marche et la diminution des douleurs. Le plus souvent, certains défauts de marche présents avant l’opération peuvent perdurer après, même sans douleur, et rendre plus compliquée la récupération d’une bonne locomotion.

Un patient opéré par exemple d’un hallux valgus simple, peut également être porteur, sans le savoir ni le sentir, d’une faiblesse de hanche ou de genou, d’une tension complète des enveloppes conjonctives des muscles postérieurs de la jambe ou encore d’une arthrose silencieuse de la cheville qui parasitent considérablement la récupération.

L’ostéopathie permet donc de pouvoir faire le diagnostic au bon moment pour appliquer des solutions thérapeutiques rapides et bien adaptées à ces pathologies qui sont le plus souvent périphériques à l’articulation opérée.

Mais les traitements ostéopathiques vont également s’attacher spécifiquement à la zone de l’intervention chirurgicale.

Les soins spécifiques vont ainsi permettre de : libérer la mobilité des articulations impliquées dans la physiologie motrice du pied et de la cheville, soulager les douleurs résiduelles, lever les oedèmes du pied et de la cheville, restituer le plus rapidement possible un appui indolore par stimulations musculaires spécifiques, corriger des boiteries éventuelles, l’apprentissage d’une réelle légèreté de la motricité pour soulager les articulations portantes, le traitement des fréquentes atteintes et disparités du tonus musculaire du pied et l’apprentissage et la reprogrammation d’une marche non traumatique. Les disparités musculaires des muscles fléchisseurs et propulseurs plantaires du pied.

Conclusion

Pour certains patients et dans certaines situations médico-chirurgicales complexes, l’équipe se réunit pour étudier et proposer les meilleures options à privilégier en terme de suivi pré et post opératoire. Ceci afin d’apporter l’assurance d’une sécurité maximale pour le patient. Le suivi en ostéopathie du patient s’étale sur un an et parfois plus après l’opération, jusqu’à disparition des gènes et des douleurs.

 

Si vous voulez essayer l’impact de l’osteopathie vous pouvez nous les confiez en prenant rendez-vous.

16 février 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

l’ostéopathie pour préparer la grossesse et l’accouchement

Selon l’ostéopathie la bonne préparation physique et psychologique à une grossesse permet de la vivre de façon douce et agréable. L’ostéopathie est un des outils pour apprivoiser les changements physiques de la grossesse et l’accouchement.

Une grossesse réussie présage d’un accouchement « agréable » pour la maman, mais également pour l’enfant. Les ostéopathes se concentrent sur la maman pendant la grossesse et même avant pour que tout se passe le mieux possible, et ce, dès le début.

C’est pour cela que les ostéopathes conseillent aux femmes voulant avoir un enfant de venir consulter avant même d’être enceinte, pour que tout soit réuni pour un bien-être physique et psychologique tout au long de la grossesse. C’est ce que l’on appelle la préparation à la grossesse.

http://www.coupdepouce.com/

L’ostéopathie: une préparation à la grossesse

De nombreux couples sont confrontés à des difficultés à concevoir des enfants et doivent requérir un soutien médical. On parle très vite d’infertilité, qu’elle soit due à:

  • un trouble anatomique (pas de trompes, pas d’ovaire, trompes bouchées, etc.). Pour ces cas, malheureusement, l’ostéopathie ne peut rien y faire.
  • un trouble fonctionnel (utérus rétro versé, descente utérine, torsion de l’utérus, compression de l’utérus, compression des trompes, endométriose, sécheresse sous-péritonéale, «intoxication hormonale» due à la prise de pilule, etc.). Ceux-ci vont pouvoir être traités par un ostéopathe.
  • un état psychologique difficile (pression au travail, pression sociale, pression familiale, stress quotidien, volonté d’avoir un enfant sans y arriver). L’ostéopathe pourra traiter ces troubles sur le plan nerveux (stress et anxiété), en complément d’un travail psychologique (psychologue, méditation, sophrologie, spiritualité).

La bonne préparation physique et psychologique à une grossesse permet de vivre celle-ci de façon douce et agréable dans la plupart des cas.

L’OSTÉOPATHIE: UN TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA GROSSESSE

Lors de la grossesse, il est fréquent qu’apparaissent des troubles fonctionnels tel que:

  • des douleurs coccygiennes, vertébrales, sciatiques ou costales pour le système musculo-squelettique.
  • des nausées, vomissements, reflux gastriques, digestions difficiles ou de la constipation pour le système digestif.
  • des infections urinaires, mycoses, sensations de pesanteur, vaginites ou douleurs lors des rapports sexuels pour le système uro-gynécologiques.
  • enfin des maux de tête, migraines, varices ou syndrome des jambes lourdes pour le système circulatoire.

Toutes ces dysfonctions peuvent être traitées par des séances d’ostéopathie régulières au cours de la grossesse.

L’OSTÉOPATHIE: POUR LE CONFORT DE LA GROSSESSE

Le suivi ostéopathique apporte à la future maman et à son bébé un bien-être certain pour une grossesse harmonieuse. Si l’on prend bien en compte la future maman tout au long de sa grossesse, le fœtus qu’elle porte ne s’en portera que mieux. Pour cela, on va aider la maman au niveau de:

– la gestion du stress

– les fonctions respiratoires

– la relation mère-enfant

– les troubles circulatoires.

L’ostéopathie permet une meilleure adaptation de l’organisme aux changements des contraintes tissulaires et aux pressions abdominales liées à la grossesse.

L’OSTÉOPATHIE: POUR PRÉPARER À LA NAISSANCE

Toutes séquelles de traumatisme du bassin sont susceptibles de perturber le bon déroulement de la mécanique de l’accouchement. Par son travail spécifique, l’ostéopathe s’assure de la bonne mobilité articulaire du bassin et de l’axe vertébral, qui peut être perturbé par de mauvaises postures adoptées depuis plusieurs années, des troubles digestifs chroniques ou des traumatismes se manifestant dans le corps par exemple:

– une vieille blessure au coccyx

– une fracture du bassin ou une luxation

– des blessures dues à un accident de voiture

– une cicatrice d’épisiotomie ou de césarienne

– une ancienne péridurale douloureuse

LES TECHNIQUES UTILISÉES CHEZ LA FEMME ENCEINTE

L’ostéopathe, dans son approche de la femme enceinte, va utiliser des techniques dites tissulaires ou fasciales, qui sont des manipulations douces, mais fermes, afin de relâcher les articulations et de pouvoir leur rendre leur mobilité maximale. Cela s’applique également à tous les systèmes de contention d’articulation que sont les muscles et ligaments.

Lors du suivit de grossesse, l’ostéopathe va regarder tout les systèmes que comporte le corps afin de s’assurer qu’il n’y a pas de blocage ou de restriction qui se mettent en place. Les techniques vont être d’ordre viscéral, musculo-squelettique et crânio-sacré. Le but est de permettre au corps de la maman d’accueillir l’enfant à naître le plus confortable possible.

Lors de la préparation à l’accouchement, l’ostéopathe se concentre sur les systèmes musculo-squelettique et endocrinien, pour que la mécanique du bassin se fasse de façon souple et avec le moins de douleurs et de complications possible (déchirure, épisiotomie, forceps, ventouse).

Pendant la grossesse, le rythme des séances varie, suivant l’état de la maman. Il est en général conseillé de consulter au minimum au troisième et au sixième mois de grossesse, puis au début du neuvième mois pour la préparation à l’accouchement.

Il faut savoir que, chez certaines femmes, l’ostéopathe peut faire des manipulations pour stimuler l’accouchement, en cas de terme dépassé. Mais il ne faut pas oublier que « le moment donné par le hasard vaut mieux que le moment choisi. » (Proverbe chinois)

22 janvier 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
Commentaires fermés sur Plagiocéphalie, Brachycéphalie et Ostéopathie – Mon bébé a la tête plate

Plagiocéphalie, Brachycéphalie et Ostéopathie – Mon bébé a la tête plate

Plagiocéphalie, Brachycéphalie et Ostéopathie – Mon bébé a la tête plate

 

 https://osteopathe-yvelines.fr/plagiocephalie-brachycephalie-et-osteopathie-mon-bebe-a-la-tete-plate/

une bonne vie sexuelle et grossesse ne garantissent pas une santé optimale du nouveau né. 

Votre bébé a la tête plate, déformé ou asymétrique, il s’agit d’une plagiocéphalie qui est une déformation du crâne. Il en existe 2 sortes qui n’ont pas du tout la même origine ni la même conséquence sur le développement du bébé :

  • La plagiocéphalie synostosique : par synostose (fermeture) prématurée d’une ou plusieurs sutures du crâne. Heureusement très rare, celle-ci peut gêner le développement cérébral du bébé. Les formes du crâne sont typiques et le traitement est systématiquement chirurgical.

  • La plagiocéphalie synostosique : par synostose (fermeture) prématurée d’une ou plusieurs sutures du crâne. Heureusement très rare, celle-ci peut gêner le développement cérébral du bébé. Les formes du crâne sont typiques et le traitement est systématiquement chirurgical.

La fréquence des plagiocéphalies positionnelles a considérablement augmenté depuis la campagne Dodo sur le dos en 1992.

Les différentes déformations du crâne

 

La plagiocéphalie positionnelle (du grec « plagios », oblique et « képhalé », tête) est une asymétrie crânienne, apparaissant chez l’enfant durant la grossesse ou plus couramment dans les premières semaines de vie. Cette déformation du crâne se caractérise chez le bébé par la présence d’un aplatissement asymétrique, sur l’arrière ou le côté de la tête. La plagiocéphalie est généralement associé à un torticolis chez ¾ des bébés plagiocéphales.

Il faut savoir que ces déformations du crâne sont assez complexes. Elles ne se limitent pas à un simple aplatissement occipital (partie arrière de la tête). La tête prend une forme de parallélogramme avec une perte de symétrie du crâne (applatissement d’un côté et bombement de l’autre), perte de l’aligement des oreillers, bombement frontal, … Du côté où se situe le méplat occipital, on retrouve donc suivant la sévérité de la plagio :

  • une oreille antérieure

  • un bombement de l’os frontal et parfois de la face

  • un élargissement de l’orbite

Les déformations crâniennes caractéristiques de la brachycéphalie

La brachycéphalie (du grec « brakhus», court, et « kephalê », tête) positionnelle est une déformation crânienne se caractérisant par une tête large et peu profonde. Parfois, cette déformation est couplée avec une plagiocéphalie.

Les caractéristiques fréquentes d’une brachycéphalie sont :

  • un aplatissement de l’arrière du crâne

  • une avancée du front

  • une boîte crânienne montant à l’arrière

  • un index céphalique élevé supérieur à 83%

Les déformations crâniennes caractéristiques de la dolichocéphalie

La dolichocéphalie (du grec « dolikhos », long, allongé » et « kephalê », tête) positionnelle est une déformation crânienne se caractérisant par un crâne plus long et plus étroit. Ce type de déformation moins fréquent que la plagiocéphalie ou la brachycéphalie se retrouve chez les bébés passant beaucoup de temps en position de siège intra-utérin, dans les services de réa-néonatale (prématurés), ou en position latérale prolongée.

Les causes et les facteurs de risque de la plagiocéphalie

D’après la littérature, différentes causes semblent suspectées comme favorisant l’apparition et le développement de déformation positionnelle :

  • Cause in utéro : position fœtale (siège), grossesse gémellaire, anomalie utérine, manque de liquide amniotique (oligoamnios), engagement précoce, …

  • Déficit en vitamine D de la maman pendant la grossesse rendant le crâne plus malléable

  • Accouchement : durée (accouchement long), instruments, sorties, mauvaise présentation

  • Torticolis, tonus et tension musculaire

  • Position prolongée sur le dos sur une surface dure (matelas, cosy, siège auto, …) : depuis la campagne Dodo sur le dos de 1992, le nombre de plagiocéphalie positionnelle a fortement augmenté.

  • Manque de stimulation des parents : mouvements de la tête du bébé et positions toujours identiques, peu de temps d’éveil sur le ventre, faible niveau d’activité, …

Les déformations positionnelles touchent en priorité :

  • Les premiers-nés (primipare), les prématurésles multiples

  • Les garçons : moins actifs que les filles du même âge et/ou souvent plus hypotoniques

  • Les enfants nourris au biberon : lié au manque de changement de position et non au mode d’alimentation

Le cas du torticolis

Un torticolis se caractérise par une inclinaison controlatérale de la tête par rapport au méplat occipital associée à une rotation opposée au côté de l’inclinaison, du côté du méplat. Le torticolis est souvent associé aux déformations positionnelles. Selon Cranial Technologies, 80% des bébés présenteraient une restriction de mobilité ou un torticolis. Il est reconnu qu’un torticolis non soigné ou traité sur le tard peut causer des déformations crâniennes ainsi qu’une scoliose. Il est donc important qu’il soit traité le plus tôt possible permettant une meilleure récupération.

Les causes les plus courantes sont une mauvaise position du bébé in utero (ex : en siège) ou les manipulations et instruments lors de l’accouchement.

Comment en évaluer la sévérité ?

Pour déterminer le degré de sévérité d’un torticolis, il faut mesurer l’inclinaison et la rotation de la tête :

  • Inclinaison : légère 0-15° / moyenne 15-30° / sévère 30-45°

  • Rotation : légère 0-30° / moyenne 30-60° / sévère 60-90°

Évolution et conséquences dans le temps

Une plagiocéphalie non traitée peut avoir des conséquences allant bien au-delà des simples problèmes esthétiques. Plus les déformations crâniennes sont sévères, plus les risques augmentent. Les conséquences font encore l’objet de recherche et c’est pour cela que les problèmes sont minimisés par le corps médical.

Les études indiquent que les enfants plagiocéphales sont plus souvent touchés par un retard de développement psycho-moteur. Certaines études mettent en évidence un lien entre plagiocéphalie et :

 

  • Un traitement altéré du son par le cerveau

  • Une augmentation des prises en charge spécifique : orthophonie, aide spéciale à l’éducation, physiothérapie, ergothérapie, …

  • Des problèmes de vue (strabisme ?)

  • Des otites

  • Des scolioses

  • Une asymétrie de la mâchoire et des troubles de l’occlusion dentaire liés à l’avancé de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) du côté du méplat

osteopathe-yvelines.fr

Évaluation de la plagiocéphalie : mesures des asymétries

Il existe différents moyens d’objectiver la sévérité d’une plagiocéphalie et d’en mesurer l’évolution dans le temps. Voici différents modèles couramment utilisés :

  • Pour les parents, le mieux est de prendre des photos régulièrement (minimum une fois par mois). Le meilleur rendue est la prise vue de dessus mais vous pouvez aussi prendre de profil ou de face. L’important est de prendre ces photos dans des conditions identiques. Votre ostéopathe pourra prendre les photos à votre place.

  • Cranial Technologie a créé une grille pour chaque déformation (plagiocéphalie, dolichocéphalie et brachycéphalie) qui est reconnue comme étant fidèle inter-évaluateur. Les parents peuvent donc l’utiliser pour objectiver la sévérité. 

  • La plagiocéphalométrie (PCM) est un procédé par bande thermoplastique permettant de mouler la circonférence de la tête du nourrisson en quelques minutes. Cela constitue un excellent support visuel pour objectiver l’évolution des asymétries crâniennes tout en mesurant le pourcentage d’aplatissement de l’occiput.

  • Les mesures anthropométriques : consiste à mesurer la différence entre les 2 diagonales : normal<3mm  –  3mm<légère à modérée<12mm  –  modérée à sévère>12mm

  • L’index céphalique :  Largeur/Profondeur x100 : brachycéphalie>93% et dolichocéphalie<75%

Traitements ostéopathique de la plagiocéphalie dit syndrôme de la tête plate

L’ostéopathie est incontournable dans la prise en charge des plagiocéphalies aussi bien pour prévenir que pour corriger les dysfonctions crâniennes du nourrisson et bien souvent du torticolis associé.

Il est primordial d’amener bébé chez l’ostéopathe sans trop tarder, si possible dans le premier mois post-natal afin de corriger au plus tôt la mobilité du cou et du crâne de bébé. En effet, avec le temps, les sutures du crâne se figent et le périmètre crânien évolue moins vite.

L’ostéopathe agit par pressions douces sur la tête de bébé pour libérer les sutures et membranes crâniennes afin qu’elles s’équilibrent et retrouvent leur mobilité, leur symétrie. Votre ostéopathe va également identifier et corriger les dysfonctions musculaires, ligamentaires, articulaires ou fasciales en lien avec l’asymétrie crânienne notamment au niveau du cou dans le cas d’un torticolis associé.

Le nombre de séances varie en fonction de l’âge du bébé et de la sévérité des asymétries. Dans la pratique, on constate que pour une plagiocéphalie légère à modérée (<12mm), 3 à 5 consultations sont nécessaires et 4 à 6 consultations pour une plagio sévère (>12mm). Tout dépend de l’âge de bébé au moment de la prise en charge ou des facteurs de récupération comme un torticolis associé ou l’aide attentive des parents dans le repositionnement. Dans le cas d’une prise en charge tardive, après 3 mois voir après 6 mois, des améliorations sont possible mais récupérer complétement l’asymétrie est difficile et peut nécessiter plus de séance.

Physiothérapie

L’ostéopathe spécialisé en pédiatrie va faire un travail formidable sur les plagiocéphalies et brachycéphalies mais, en complément de l’ostéopathie, il est recommandé de consulter un physiothérapeute pour que votre bébé sorte de sa zone de confort et découvre que l’ostéopathe l’a débloqué, qu’il peut bouger. Le physiothérapeute peut également donner des conseils et rassurer les parents.

Prévention

La prévention et l’implication des parents sont primordiales dans le traitement de la tête plate.

 

6 décembre 2018
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Les effets de l’ostéopathie sur les émotions

osteopathie villeray montrealDu point de vue de l’ostéopathie, dès qu’une émotion nous traverse (joie, colère, tristesse, peur, …), et en cas d’émotion négative principalement, notre corps garde en mémoire les évènements traumatiques associés, qu’ils soient physiques et/ou psychologiques. Grâce à l’ostéopathie, ces tensions restées enfouies peuvent être extériorisées.

 https://www.femmeactuelle.fr

Comment l’ostéopathie fonctionne-t-elle sur les émotions ?

Lorsqu’un événement traumatique survient, notre mental essaye du mieux qu’il peut de le gérer. Même si certaines fois on a eu l’impression de ne pas avoir été atteint, sans pour autant avoir clairement exprimé son traumatisme, il faut savoir que malheureusement notre subconscient lui, a imprimé cet événement. Il peut refaire surface au moment ou l’on ne s’y attend pas.

On connaît tous certaines expressions telles que : « en avoir plein le dos », « avoir la boule au ventre », « avoir quelque chose / quelqu’un qui nous prend la tête » ; elles ont toutes un grand rôle dans la somatisation du corps, et sont très réalistes quand aux principes d’adaptation et d’auto régulation.

La somatisation est un phénomène qui montre la mémoire tissulaire du corps. Chaque émotion, plus ou moins récente a un impact sur notre corps en créant des tensions physiques (par exemple une modification de votre posture, des douleurs musculaires ou articulaires, problèmes digestifsmaux de tête, dépression, Alzheimer …). Le corps s’adapte constamment, il compense.

À la suite de divers traumatismes physiques ou psychologiques il existe des blocages, des tensions dans certaines zones du corps. Généralement lorsqu’il y a somatisation la personne ne s’en rend pas compte. Cela agit sur l’inconscient, le corps s’adapte de lui même.

Une période de fatigue importante ou de stress peut réveiller certaines douleurs enfouies. Il arrive même qu’au moment ou l’on a prévu de se détendre, de relâcher un peu la pression (par exemple au début des vacances) ces zones se libèrent et que tout refasse surface.

En quoi l’ostéopathie peut-elle aider ?

L’ostéopathie peut grâce à de petites manipulations en douceur, venir libérer ces tensions.

Certains organes sont plus ou moins susceptibles d’emmagasiner les émotions selon leur fonction. On parle par exemple du côté affectif du cœur, de la tristesse dans le poumon, de la colère du foie, la peur pour le rein.

En rééquilibrant le corps l’ostéopathe va agir sur le corps et les émotions. Il permet de libérer les blocages physiques afin de jouer sur les blocages émotionnels, c’est une technique somato-émotionnelle.

Parfois au cours de ces consultations, les patients ressentent des sensations étranges, un relâchement intense, ils peuvent être émotifs, pleurer, ou même avoir un fou rire. Toute la séance se passe en douceur en étant à l’écoute du patient. Ces consultations sont libératrices pour le corps et l’esprit, et redonne une vraie sensation de bien-être.

cette approche a bien sur ses limites et la communauté scientifique ne sait pas encore clairement comment fonctionne l’ostéopathie.

Il serait cependant intéressant de ne pas attendre de ressentir une douleur pour consulter votre ostéopathe. Une consultation préventive à tout autant de poids sur vos émotions enfouies !

Rendez-Vous en Ligne