OSTEOPATHIE VILLERAY MONTREAL

L’ostéopathie au coeur de Montréal, Villeray.

30 avril 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Ostéopathie et grossesse

 osteopathie villeray montrealTout au long de la grossesse, de nombreux changements de la posture et de l’équilibre de l’ensemble du corps de la femme vont survenir selon une dynamique individuelle et en lien avec la condition de son état de santé.

Ces manifestations physiques seront différentes d’une femme à une autre et bien souvent d’une première à une seconde grossesse.

Les transformations musculo-squelettiques, viscérales et hormonales suivantes seront observées, par la femme et discutées lors des suivis en obstétrique;

  • Une augmentation de la courbure du bas du dos (vertèbres lombaires) entrainant une adaptation de posture du basin du thorax, des épaules et de la tête.
  • Un élargissement du bassin en lien avec l’augmentation de la taille de l’utérus correspondant au développement du fœtus.
  • Une augmentation du volume des seins et un gain de poids progressif.
  • Une augmentation du volume sanguin, une répartition de l’entreposage du gras selon les régions spécifiques à la maternité et selon la génétique de la femme.
  • Une augmentation de la laxité des certaines articulations du corps, particulièrement le bassin et la colonne vertébrale.

Pour classifier l’ensemble des changements reliés à la grossesse lors des suivis de santé, le terme de 40 semaines de gestation est divisé en trois trimestres.

Premier trimestre (0 à 12 semaines)
  • Nausées et vomissements
  • Maux de tête, migraine
  • Augmentation du volume des seins
  • Étourdissements
Deuxième trimestre (13 à 28 semaines)
  • Tension ou douleur musculaire dans le bas du dos (vertèbres lombaires)
  • Tension ou douleur dans la fesse et la jambe (sciatalgie)
  • Tension, douleur, engourdissement dans les bras et mains (tunnel carpien)
  • Essoufflement
  • Douleur dans la région du thorax
  • Sensation de lourdeur et crampes dans les jambes
  • Insomnie
  • Changement de la pression artérielle (hypertension)
 osteopathie villeray montreal grossesse
Troisième trimestre (28 à 40 semaines)
  • Inconfort et trouble de sommeil
  • Reflux et brûlement gastriques
  • Apparition de varices
  • Constipation
  • Augmentation de la fréquence d’uriner
  • Pesanteur et douleur dans les jambes
  • Douleur au niveau du bassin (l’aine, et la symphyse pubienne)
  • Douleur dans la fesse irradiant dans la jambe (sciatalgie)
  • Tension, douleur, inconfort dans la région du bas du dos (vertèbres lombaires)
  • Sensation de pression au bas du bassin (périnée)

Ces transformations importantes seront progressivement les causes des symptômes de douleur ressentie par la femme tout au long de sa grossesse.

Les bienfaits de l’ostéopathie pour la femme enceinte

L’ostéopathie est une approche globale dans le traitement des tensions et douleurs musculo-squelettique et des changements de santé au niveau viscérale, hormonale, et neurologique. Les symptômes causés par les transformations qui surviennent lors de la grossesse sont souvent interreliés entre eux.

La particularité de l’ostéopathie spécialisée dans le traitement de la femme enceinte a comme objectif de traiter l’ensemble des systèmes ou régions du corps qui subira des changements importants au moment des différents trimestres de la grossesse.

Lors de la première rencontre, l’ostéopathe procède à une évaluation globale de l’état de santé et documente avec précision les inconforts et tensions qui sont ressentis par la femme enceinte. Grâce à ses connaissances anatomiques et physiologiques approfondies et à la précision de l’évaluation des différentes régions du corps de la patiente, l’ostéopathe identifie les causes primaires et leurs liens avec les symptômes décrits par la femme enceinte.

Dans la pratique clinique, on remarque que les femmes commencent à consulter en ostéopathie au cours du deuxième et du troisième trimestre. Le traitement de la femme enceinte vise généralement le soulagement des symptômes suivants;

  • Douleurs musculaires reliées aux changements rapides et progressifs de la posture
  • Sciatalgie
  • Syndrome du tunnel carpien et de la sinusite de la femme enceinte
  • Constipation et reflux gastrique
  • Douleurs situées dans le bassin et le plancher pelvien
  • Lourdeur dans les jambes et l’apparition de varices
  • Augmentation de la mobilité du bassin et de l’utérus pour favoriser la position optimale du fœtus durant la grossesse et lors de l’accouchement.
Traitement dans le but de faciliter le déclenchement des contractions menant à un accouchement naturel.

De plus les traitements en ostéopathie, lors du suivi de grossesse auront un effet sur la réduction du temps de travail lors de l’accouchement, et la diminution d’interventions médicales (utilisation de forceps, ventouse et péridurale) et risque de césarienne.

Les douleurs post-partum

Il arrive que certaines douleurs surviennent dans les premières semaines ou mois après l’accouchement. Dans certains cas, il se peut que ces douleurs soient celles ressenties au courant des derniers trimestres, qui avaient été résolues après l’accouchement et qui réapparaissent.

Et il peut aussi s’installer de nouvelles tensions ou douleurs qui n’ont jamais été présentes lors de la grossesse et non plus dans l’historique de santé de la femme. Ces douleurs peuvent être présentes durant les activités physiques, au repos ou dans certaines positions. Les douleurs post-partum les plus fréquentes sont;

Tensions, inconforts et douleurs diffuses et/ou précises situés dans la partie inférieure du corps, le bassin (symphyse pubienne), les jambes, les genoux, les pieds et la partie supérieure, les côtes, les épaules, le cou et la tête.

Les causes de ces douleurs post-partum peuvent être reliées aux traumatismes (luxation du coccyx ou de la symphyse pubienne) subis lors de l’accouchement au niveau du bassin ou de l’utérus (césarienne), ou en lien avec la péridurale. Elles peuvent aussi être causées par les tensions occasionnées sur les tissus de soutien appelés « fascias » situés dans le bassin et l’ensemble du corps, qui auront subi un changement considérable de leur forme (tension d’étirement) et leur texture (tension cicatricielle).

 osteopathie villeray montreal

L’ostéopathe grâce à ses compétences et connaissances anatomiques sera en mesure d’identifier les causes primaires de ces douleurs post-partum et de les corriger.

Il est assurément pertinent de consulter en ostéopathie au cours des 2 premiers mois après l’accouchement afin d’éviter les douleurs et tensions post-partum. La prévention précoce nécessite souvent moins de traitement que lorsque les tensions se sont installées progressivement, au fil des nombreux mois, dans l’ensemble du corps de la patiente.

Le yoga, l’ostéopathie et le suivi de grossesse

Il est reconnu et fortement conseillé que la femme enceinte demeure active, afin d’améliorer sa condition physique et de réduire les inconforts et douleurs reliées à la grossesse. Le yoga est une activité physique de plus en plus pratiquée grâce à ses bienfaits sur les douleurs musculaires et viscérales de la femme enceinte. La pratique du yoga durant le deuxième et le troisième trimestre peut faciliter le déplacement du fœtus dans la position optimale pour l’accouchement et réduire le temps de travail et les risques de complications (utilisation de forceps, ventouse, péridurale et césarienne).

Lors du suivi de grossesse avec un ostéopathe, il est utile de recommander des exercices à la patiente afin d’augmenter l’effet bénéfique des traitements et de pouvoir les espacer. Dans ma pratique clinique, je travaille avec 3 à 4 positions de yoga adaptées à la patiente et elles sont enseignées dès le premier traitement. Ces positions sont faciles à faire et ne nécessitent que 3 à 4 périodes de 15 minutes par semaine.

Il est souvent utile de suivre parallèlement aux traitements en ostéopathie, des soins en acupuncture pour augmenter la vitesse de réduction des douleurs post-partum.

12 avril 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

L’ostéopathie à la rescousse des pathologies du pied

La consultation en ostéopathie

permet d’intervenir en pré-opératoire afin de préparer au mieux le situation du patient avant une intervention chirurgicale et en post-opératoire afin de favoriser une récupération rapide de la locomotion et de diminuer les douleurs. 

Même si l’ostéopathie n’est pas encore reconnue comme thérapeutique efficace par le corps médical, elle ne cesse de progresser dans le quotidien des personnes qui en ont assez de souffrir de douleurs articulaires et musculaires.

Il arrive parfois que des thérapies complémentaires autre que l’ostéopathie exercées par des praticiens confirmés apportent la preuve empirique de leur vertus et que l’évidence du bénéfice parvienne à forcer les portes des cénacles les plus fermés.

C’est ce qui est arrivé à l’ostéopathe Jacques Alain Lachant, spécialiste des désordres induits par la marche, qui depuis un et demi a ouvert une consultation d’ostéopathie dédié aux troubles de la marche et spécifiques des pathologies à la Clinique du Mont-Louis, à Paris, réputée pour rassembler les meilleurs experts des pathologies du pied.

Le staff médico-chirurgical regroupe en effet, 6 chirurgiens orthopédistes, un rhumatologue, un radiologue, trois podologues, un et médecin du sport. La fine fleur du pied a toutefois souhaité s’attacher les compétences d’un ostéopathe spécialisé dans les troubles articulaires, tendineux et musculaires des membres inférieurs afin d’améliorer la prise en charge pré et post opératoire de ses patients.

Les patients se divisent en deux grandes catégories, pour les autres il s’agit de patients atteints des troubles de la marche. Pour la première, il s’agit de patients déjà opérés pour une pathologie orthopédique du pied et de la cheville et qui souffrent des années plus tard de nouveaux problèmes affectant le pied opéré. Pour la deuxième catégorie, ce sont des patients qui sont candidats potentiels à un acte chirurgicale pour une affection orthopédique du complexe pied-cheville ou plus largement des membres inférieurs.

Le pied est fragile

Comme Nous l’avons déjà vue, l’os est une patte ce qui rends le pied propice à differents maux.

En ostéopathie, parmi les pathologies les plus courantes rencontrées sont par exemple : les séquelles de traumatisme du pied et du membre inférieur, les hallux valgus, les hallux rigidus, les syndrômes de Morton, les tendinopathies d’Achille et celles de l’appareil stabilisateur du pied, des orteils en griffe, des douleurs d’appui sous les 2ème, 3ème et 4ème têtes métatarsiennes, de séquelles d’entorse, d’instabilité de la cheville, de certains pieds creux ou plats douloureux, des coxarthroses et des tendinites du pied.

Dans tous les cas, ces pathologies entravent gravement l’équilibre de la marche, la course ainsi que l’autonomie des patients. Chaque patient étant unique, la complexité de sa situation biomécanique nécessite un diagnostique pluri-disciplinaire, impliquant l’analyse historique de la maladie et l’examen du patient par le groupe, chacun apportant son éclairage.

L’ostéopathie pour que l’opération se déroule bien

L’apport clinique de l’ostéopathie dans la prise en charge des pathologies du pied ou de la cheville est déterminant pour aider les patients à mettre toutes les chances de leur côté avant l’opération pour que celle-ci se déroule au mieux, puis, après l’opération afin de favoriser une récupération rapide et d’atténuer les douleurs.

Souvent, les difficultés de récupération du patient suite à une opération sont en lien avec un désordre fonctionnel ancien : trouble de la marche, boiteries non consciente, surcharge pondérale, etc. Les patients qui n’ont pas pu bénéficier de soins préventifs en ostéopathie récupèrent souvent plus difficilement que les autres. Les soins ostéopathiques s’adressent à toute personne devant se faire opérer du pied, de la cheville, du genou ou de la hanche.

En tout premier lieu, dans la phase pré-opératoire, le regard de l’ostéopathe permet de diagnostiquer les troubles fonctionnels préexistants à l’apparition de la pathologie qui pourraient rendre difficile une bonne récupération du patient après son intervention. Mais plus, la consultation en ostéopathie à la clinique aide la patient à préparer l’intervention en restituant une meilleure mobilité articulaire, pour toutes les articulations impliquées dans la posture debout et dans la marche (pied, cheville, genou, hanche, bassin, rachis, épaules, mains).

Par ailleurs, en ostéopathie sont traitées les insuffisances musculaires et celles du tonus du pied et de la jambe, les désordres de la marche quelque soit l’origine et que le patient ne ressent pas toujours.

Dans le cadre de la prise en charge pré-opératoire du patient, l’ostéopathe fait en quelque sorte un retour en arrière sur les troubles de la motricité qui ont présidé à la détérioration des articulations du pied, de la cheville et les soigner.

Ceci pour aider l’acte chirurgical, faciliter et optimiser la récupération du patient qui a depuis longtemps perdu l’harmonie de sa marche. En poussant cette préparation à son maximum, il est donné au patient une meilleur garantie de récupération post-opératoire. Ces soins très spécialisés peuvent être engagés trois mois minimum avant la date prévue de l’intervention.

L’ostéopathie en post-opératoire : moins de douleurs, une meilleure récupération

L’ostéopathie intervient aussi pour le plus grand bénéfice des patients dans l’accompagnement post-opératoire, par exemple dans  l’optimisation de la récupération de toutes les fonctions dynamiques du pied, du confort de marche et la diminution des douleurs. Le plus souvent, certains défauts de marche présents avant l’opération peuvent perdurer après, même sans douleur, et rendre plus compliquée la récupération d’une bonne locomotion.

Un patient opéré par exemple d’un hallux valgus simple, peut également être porteur, sans le savoir ni le sentir, d’une faiblesse de hanche ou de genou, d’une tension complète des enveloppes conjonctives des muscles postérieurs de la jambe ou encore d’une arthrose silencieuse de la cheville qui parasitent considérablement la récupération.

L’ostéopathie permet donc de pouvoir faire le diagnostic au bon moment pour appliquer des solutions thérapeutiques rapides et bien adaptées à ces pathologies qui sont le plus souvent périphériques à l’articulation opérée.

Mais les traitements ostéopathiques vont également s’attacher spécifiquement à la zone de l’intervention chirurgicale.

Les soins spécifiques vont ainsi permettre de : libérer la mobilité des articulations impliquées dans la physiologie motrice du pied et de la cheville, soulager les douleurs résiduelles, lever les oedèmes du pied et de la cheville, restituer le plus rapidement possible un appui indolore par stimulations musculaires spécifiques, corriger des boiteries éventuelles, l’apprentissage d’une réelle légèreté de la motricité pour soulager les articulations portantes, le traitement des fréquentes atteintes et disparités du tonus musculaire du pied et l’apprentissage et la reprogrammation d’une marche non traumatique. Les disparités musculaires des muscles fléchisseurs et propulseurs plantaires du pied.

Conclusion

Pour certains patients et dans certaines situations médico-chirurgicales complexes, l’équipe se réunit pour étudier et proposer les meilleures options à privilégier en terme de suivi pré et post opératoire. Ceci afin d’apporter l’assurance d’une sécurité maximale pour le patient. Le suivi en ostéopathie du patient s’étale sur un an et parfois plus après l’opération, jusqu’à disparition des gènes et des douleurs.

 

Si vous voulez essayer l’impact de l’osteopathie vous pouvez nous les confiez en prenant rendez-vous.

16 février 2019
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

l’ostéopathie pour préparer la grossesse et l’accouchement

Selon l’ostéopathie la bonne préparation physique et psychologique à une grossesse permet de la vivre de façon douce et agréable. L’ostéopathie est un des outils pour apprivoiser les changements physiques de la grossesse et l’accouchement.

Une grossesse réussie présage d’un accouchement « agréable » pour la maman, mais également pour l’enfant. Les ostéopathes se concentrent sur la maman pendant la grossesse et même avant pour que tout se passe le mieux possible, et ce, dès le début.

C’est pour cela que les ostéopathes conseillent aux femmes voulant avoir un enfant de venir consulter avant même d’être enceinte, pour que tout soit réuni pour un bien-être physique et psychologique tout au long de la grossesse. C’est ce que l’on appelle la préparation à la grossesse.

http://www.coupdepouce.com/

L’ostéopathie: une préparation à la grossesse

De nombreux couples sont confrontés à des difficultés à concevoir des enfants et doivent requérir un soutien médical. On parle très vite d’infertilité, qu’elle soit due à:

  • un trouble anatomique (pas de trompes, pas d’ovaire, trompes bouchées, etc.). Pour ces cas, malheureusement, l’ostéopathie ne peut rien y faire.
  • un trouble fonctionnel (utérus rétro versé, descente utérine, torsion de l’utérus, compression de l’utérus, compression des trompes, endométriose, sécheresse sous-péritonéale, «intoxication hormonale» due à la prise de pilule, etc.). Ceux-ci vont pouvoir être traités par un ostéopathe.
  • un état psychologique difficile (pression au travail, pression sociale, pression familiale, stress quotidien, volonté d’avoir un enfant sans y arriver). L’ostéopathe pourra traiter ces troubles sur le plan nerveux (stress et anxiété), en complément d’un travail psychologique (psychologue, méditation, sophrologie, spiritualité).

La bonne préparation physique et psychologique à une grossesse permet de vivre celle-ci de façon douce et agréable dans la plupart des cas.

L’OSTÉOPATHIE: UN TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA GROSSESSE

Lors de la grossesse, il est fréquent qu’apparaissent des troubles fonctionnels tel que:

  • des douleurs coccygiennes, vertébrales, sciatiques ou costales pour le système musculo-squelettique.
  • des nausées, vomissements, reflux gastriques, digestions difficiles ou de la constipation pour le système digestif.
  • des infections urinaires, mycoses, sensations de pesanteur, vaginites ou douleurs lors des rapports sexuels pour le système uro-gynécologiques.
  • enfin des maux de tête, migraines, varices ou syndrome des jambes lourdes pour le système circulatoire.

Toutes ces dysfonctions peuvent être traitées par des séances d’ostéopathie régulières au cours de la grossesse.

L’OSTÉOPATHIE: POUR LE CONFORT DE LA GROSSESSE

Le suivi ostéopathique apporte à la future maman et à son bébé un bien-être certain pour une grossesse harmonieuse. Si l’on prend bien en compte la future maman tout au long de sa grossesse, le fœtus qu’elle porte ne s’en portera que mieux. Pour cela, on va aider la maman au niveau de:

– la gestion du stress

– les fonctions respiratoires

– la relation mère-enfant

– les troubles circulatoires.

L’ostéopathie permet une meilleure adaptation de l’organisme aux changements des contraintes tissulaires et aux pressions abdominales liées à la grossesse.

L’OSTÉOPATHIE: POUR PRÉPARER À LA NAISSANCE

Toutes séquelles de traumatisme du bassin sont susceptibles de perturber le bon déroulement de la mécanique de l’accouchement. Par son travail spécifique, l’ostéopathe s’assure de la bonne mobilité articulaire du bassin et de l’axe vertébral, qui peut être perturbé par de mauvaises postures adoptées depuis plusieurs années, des troubles digestifs chroniques ou des traumatismes se manifestant dans le corps par exemple:

– une vieille blessure au coccyx

– une fracture du bassin ou une luxation

– des blessures dues à un accident de voiture

– une cicatrice d’épisiotomie ou de césarienne

– une ancienne péridurale douloureuse

LES TECHNIQUES UTILISÉES CHEZ LA FEMME ENCEINTE

L’ostéopathe, dans son approche de la femme enceinte, va utiliser des techniques dites tissulaires ou fasciales, qui sont des manipulations douces, mais fermes, afin de relâcher les articulations et de pouvoir leur rendre leur mobilité maximale. Cela s’applique également à tous les systèmes de contention d’articulation que sont les muscles et ligaments.

Lors du suivit de grossesse, l’ostéopathe va regarder tout les systèmes que comporte le corps afin de s’assurer qu’il n’y a pas de blocage ou de restriction qui se mettent en place. Les techniques vont être d’ordre viscéral, musculo-squelettique et crânio-sacré. Le but est de permettre au corps de la maman d’accueillir l’enfant à naître le plus confortable possible.

Lors de la préparation à l’accouchement, l’ostéopathe se concentre sur les systèmes musculo-squelettique et endocrinien, pour que la mécanique du bassin se fasse de façon souple et avec le moins de douleurs et de complications possible (déchirure, épisiotomie, forceps, ventouse).

Pendant la grossesse, le rythme des séances varie, suivant l’état de la maman. Il est en général conseillé de consulter au minimum au troisième et au sixième mois de grossesse, puis au début du neuvième mois pour la préparation à l’accouchement.

Il faut savoir que, chez certaines femmes, l’ostéopathe peut faire des manipulations pour stimuler l’accouchement, en cas de terme dépassé. Mais il ne faut pas oublier que « le moment donné par le hasard vaut mieux que le moment choisi. » (Proverbe chinois)

6 décembre 2018
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Les effets de l’ostéopathie sur les émotions

osteopathie villeray montrealDu point de vue de l’ostéopathie, dès qu’une émotion nous traverse (joie, colère, tristesse, peur, …), et en cas d’émotion négative principalement, notre corps garde en mémoire les évènements traumatiques associés, qu’ils soient physiques et/ou psychologiques. Grâce à l’ostéopathie, ces tensions restées enfouies peuvent être extériorisées.

 https://www.femmeactuelle.fr

Comment l’ostéopathie fonctionne-t-elle sur les émotions ?

Lorsqu’un événement traumatique survient, notre mental essaye du mieux qu’il peut de le gérer. Même si certaines fois on a eu l’impression de ne pas avoir été atteint, sans pour autant avoir clairement exprimé son traumatisme, il faut savoir que malheureusement notre subconscient lui, a imprimé cet événement. Il peut refaire surface au moment ou l’on ne s’y attend pas.

On connaît tous certaines expressions telles que : « en avoir plein le dos », « avoir la boule au ventre », « avoir quelque chose / quelqu’un qui nous prend la tête » ; elles ont toutes un grand rôle dans la somatisation du corps, et sont très réalistes quand aux principes d’adaptation et d’auto régulation.

La somatisation est un phénomène qui montre la mémoire tissulaire du corps. Chaque émotion, plus ou moins récente a un impact sur notre corps en créant des tensions physiques (par exemple une modification de votre posture, des douleurs musculaires ou articulaires, problèmes digestifsmaux de tête, dépression, Alzheimer …). Le corps s’adapte constamment, il compense.

À la suite de divers traumatismes physiques ou psychologiques il existe des blocages, des tensions dans certaines zones du corps. Généralement lorsqu’il y a somatisation la personne ne s’en rend pas compte. Cela agit sur l’inconscient, le corps s’adapte de lui même.

 

Une période de fatigue importante ou de stress peut réveiller certaines douleurs enfouies. Il arrive même qu’au moment ou l’on a prévu de se détendre, de relâcher un peu la pression (par exemple au début des vacances) ces zones se libèrent et que tout refasse surface.

En quoi l’ostéopathie peut-elle aider ?

L’ostéopathie peut grâce à de petites manipulations en douceur, venir libérer ces tensions.

Certains organes sont plus ou moins susceptibles d’emmagasiner les émotions selon leur fonction. On parle par exemple du côté affectif du cœur, de la tristesse dans le poumon, de la colère du foie, la peur pour le rein.

En rééquilibrant le corps l’ostéopathe va agir sur le corps et les émotions. Il permet de libérer les blocages physiques afin de jouer sur les blocages émotionnels, c’est une technique somato-émotionnelle.

Parfois au cours de ces consultations, les patients ressentent des sensations étranges, un relâchement intense, ils peuvent être émotifs, pleurer, ou même avoir un fou rire. Toute la séance se passe en douceur en étant à l’écoute du patient. Ces consultations sont libératrices pour le corps et l’esprit, et redonne une vraie sensation de bien-être.

cette approche a bien sur ses limites et la communauté scientifique ne sait pas encore clairement comment fonctionne l’ostéopathie.

Il serait cependant intéressant de ne pas attendre de ressentir une douleur pour consulter votre ostéopathe. Une consultation préventive à tout autant de poids sur vos émotions enfouies !

Rendez-Vous en Ligne

16 octobre 2018
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Osteopathie

osteopathie villeray montreal

La philosophie de « l’ostéo » est holistique. Elle considère le corps comme un tout. Pour ce professionnel, la souffrance est la conséquence d’un déséquilibre dans cette unité. Il va ainsi chercher l’origine du trouble qui parfois peut se situer à distance de la douleur. Et ainsi redonner une certaine mobilité à l’ensemble de l’organisme.

C’est pourquoi le premier rendez-vous débute par un long entretien (souvent personnel). Pas d’inquiétude. L’ostéo cherche simplement à déterminer l’origine du mal (malposition, stress…). Ensuite seulement pourra-t-il passer à l’action : des manipulations fonctionnelles pour atteindre un état de relâchement suffisant pour permettre la correction d’une lésion, des manipulations viscérales pour redonner de la motilité aux intestins, au foie, à la rate, ou encore des manipulations crâniennes.

Une méthode préventive ?

 

L’ostéopathe intervient de façon préventive (avant de reprendre une activité sportive par exemple) ou à titre curatif (douleurs musculaires, raideurs, troubles du transit intestinal, troubles du sommeil, maux de tête…). Attention, l’ostéopathe agit pour soulager ou améliorer certaines fonctions. En aucun cas il n’intervient dans une rééducation qui est le précarré du physiothérapeuthe.

https://www.letelegramme.fr/sante/osteopathie-une-vision-globale-de-la-douleur-03-07-2018-12015231.php#Mer6317qfSx81fLd.99

L’ostéopathie n’est pas considérée comme un acte médical. Elle n’est pas remboursée par l’Assurance-maladie. Mais de nombreuses assurances privées (Manuvie, sunlife, desjardins, croix bleue…) prennent en charge les séances… du moins en partie. demandez conseil à votre médecin.

16 août 2018
de Fanny Vandenhende
0 Commentaires

Le test de selles : un outil de dépistage du syndrome de l’intestin irritable

 

L’analyse des selles permet d’examiner les matières fécales pour détecter l’éventuelle présence de sang dans les selles, d’infections (présence de parasites et/ou de bactéries) et de troubles digestifs comme une malabsorption d’éléments nutritifs.
L’étude de la composition des selles inclut les marqueurs clés de la digestion, de l’absorption et de l’inflammation. Elle permet l’évaluation complète de la flore intestinale : le nombre et le type de micro-organismes bénéfiques et pathogènes.Parmi les marqueurs importants de la santé intestinale mesurés dans le test de selles, on retrouve les acides gras à chaîne courte (AGCC), issus de la fermentation des fibres et des protéines par les bactéries du côlon.
Les AGCC principaux sont les acides acétique, propionique et butyrique. Ils représentent une source d’énergie pour les bactéries coliques et exercent des rôles complexes dans le maintien de l’homéostasie de notre flore intestinale. Ils influencent notamment la motilité digestive (le temps de transit), assurent la défense de la muqueuse intestinale et pourraient inhiber la prolifération des cellules cancéreuses colorectales.(1)Dans des conditions normales, la concentration en AGCC dans le contenu colique est relativement constante (respectivement 60, 20, 20 mmol/L pour les acides acétique, propionique, butyrique) et comprise entre 100 et 150 mmol/L, soit 300 à 400 mmol/jour. (2)
Le temps de transit intestinal est l’un des facteurs déterminants de la production d’AGCC. (3)
​Ainsi, chez l’homme, le ralentissement du temps de transit ou l’accélération induit par certains médicaments entraîne une diminution ou une augmentation de la production d’AGCC. Ces résultats peuvent expliquer les variations interindividuelles des profils fermentaires chez l’homme sain.Le temps de transit est un des facteurs clé affecté dans le syndrome de l’intestin irritable. Les mécanismes sous-jacents de ce phénomène ne sont pas encore complètement élucidés, la motilité digestive peut être soit accélérée ou ralentie ce qui donne lieu à deux types de classement : le SCI-D (diarrhée) et le SCI-C (constipation) dont découlent de nombreux symptômes tels que des douleurs abdominales, flatulences, ballonnements et de la fatigue.

Une récente étude a démontré des différences significatives du taux de AGCC entre des sujets atteints du SCI et des sujets sains qui passaient un test de selles. (4)  Les types de AGCC ayant démontré les meilleurs résultats diagnostiques furent l’acide butyrique et l’acide propionique. Le ratio acide butyrique/acide propionique était le plus significatif. Chez les patients atteints du SCI le taux d’acide propionique était beaucoup plus élevé comparativement aux sujets sains. Cependant le taux d’acide butyrique était plus bas chez les patients ayant le SCI que les participants en santé.
L’acide butyrique qui promouvoit la santé colonique, est le principal fournisseur d’énergie pour les bactéries du côlon. Il inhibe certaines molécules inflammatoires. L’acide propionique  joue un rôle important dans la régulation des cellules du système immunitaire, nerveux et endocrinien localisés le long du tractus digestif. Leurs fonctions sont nombreuses, et les variations de quantité des AGCC dans l’intestin pourraient expliquer certaines maladies.
Si l’on interprète de façon succincte ces résultats on note une tendance à l’activité accrue du système immunitaire chez les patients du SCI, et une réduction de l’énergie disponible chez les bactéries du côlon chez ces personnes.

Les résultats de la recherche indiquent que les AGCC dans les fèces, particulièrement la relation entre  l’acide butyrique et l’acide propionique pourraient être un marqueur clé du diagnostic du syndrome de l’intestin irritable.


(1) Emmanuel Papillon, Bruno Bonaz, Jacques Fournet. Acides gras à chaîne courte : effets sur le fonctionnement gastro-intestinal et potentiel thérapeutique en Gastroentérologie. Gastroentérologie clinique & biologique1999; 23: 761

(2)  Cummings JH. Quantification short chain fatty acid production in human. In : Binder HJ, Cummings JH, Soergel KH, eds. Short chain fatty acids. Falk Symposium. Dordrecht : Kluwer, 1993:11-20.

(3) ​El Oufir L, Barry JL, Flourié B, Bornet F, Galmiche JP. Influence du temps de transit intestinal sur l’activité fermentaire in vitro de la flore colique chez l’homme sain (résumé). Gastroenterol Clin Biol 1995;19:A20.

(4) Per G. FarupKnut Rudi, and Knut HestadFaecal short-chain fatty acids – a diagnostic biomarker for irritable bowel syndrome? BMC Gastroenterol. 2016; 16: 51. Published online 2016 Apr 27.

9 juillet 2018
de Clinique d'Ostéopathie Olys Villeray Montréal
0 Commentaires

Ostéopathie et ergonomie de travail

L’ostéopathie permet de comprendre quand le corps dit qu’il a mal, l’ostéopathie est donc un outil essentiel pour comprendre et améliorer l’ergonomie de travail.

99.117 heures, c’est le temps moyen passé au travail au cours d’une vie en France, l’équivalent de 11,5 années de boulot, rendez-vous compte ! Tous les ans, les français passent en moyenne 1.423 heures au travail, soit plus de 16% de leur temps selon les chiffre de l’INSEE. L’essor des nouvelles technologies et les progrès de la médecine ont fait émerger de nouvelles problématiques, parmi elles : les troubles musculosquelettiques (TMS) ou troubles de la locomotion, en lien direct avec les gestes que l’on répète sur son lieu de travail. Une chose devient alors certaine : le bien-être est devenu une notion clef pour les entreprises ; l’éluder c’est perdre en compétitivité. Une réponse : l’ostéopathie !

Lève-toi et marche !

Loin de se résumer à la sacrosainte souris d’ordinateur et sa roulette (aujourd’hui presque désuète) et à ses douleurs articulaires immanquablement liées, rester assis devant un écran est la cause de multiples complications : douleurs au dos, dégénérescence musculaire, maladie cardiaque, diabète, cancer du côlon…

En d’autres termes : plutôt que de botter en touche en ironisant sur l’agencement « feng shui » de nos bureaux, il convient de s’intéresser aux moyens de lutter contre les TMS et affiliés. Pour cela deux maîtres mots : ergonomie et ostéopathie. Adieu chers open spaces, vous ne nous manquerez pas ! Bonjour les ostéopathes qui viennent dans les bureaux pour prendre soin de nos corps meurtris.

Ostéopathie et Ergonomie à l’américaine

Sans aller jusqu’à citer les champions du monde de l’ergonomie et de l’ostéopathie au travail (Google, Facebook…), il n’en reste pas moins que les entreprises américaines sont celles qui s’attachent le plus au bien-être des salariés, comme lors du festival Culturefest. Et cela pour une raison simple : « Un collaborateur heureux est un collaborateur productif », et un collaborateur en bonne santé a quelques avantages dans ce domaine.

Les moyens sont légions : espaces de détente ou de sport pour favoriser le déplacement, mobilier design et ergonomique, journée bien-être avec la présence d’ostéopathes pour chouchouter les collaborateurs…

 

Ergonomie et ostéopathie en France

Poussée par la devise confucéenne : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez jamais à travailler de votre vie », la France commence à faire de l’ergonomie et de l’ostéopathie des sujets importants du secteur privé. Les lieux deviennent mixtes : notre lieu de travail ressemble à notre lieu de vie ; on y voit apparaître des cuisines, des consoles de jeux et autres : ” work sweet work”.

Un collaborateur heureux, en bonne santé et au cadre de travail agréable, sera plus à même de rester dans son entreprise. L’ergonomie et l’ostéopathie sont donc devenus des arguments des Ressources Humaines (RH), au niveau du recrutement comme du management d’une équipe.

” Pour faire rester vos talents : pensez à leurs dos ! “

en attendant

Que vous soyez employé à l’aube de soumettre à votre patron des changements dans vos locaux ou encore que vous soyez un employeur ayant à coeur la santé de ses protégés, peut-être vous pourriez utiliser les ressources de la CSST afin de commencer à nourrir un raisonnement sur les principes de base de l’ergonomie de travail, l’etape d’apres est la prise de rendez-vous !